ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page Judaica :
Rechercher dans le site :

Citation
Avoir une idée fixe n'est pas fait pour avancer...

Actuellement
Dernieres petites annonces
15/10: UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE
UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE SUR ferse.hubside.frA très bientot sur le site!!! ...
24/07: RECHERCHE OEUVRES MAJEURES
We are a consulting firm of Art and Antiques, whose main activity is themanagement of p...
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Judaica

HISTOIRE DE LA SPOLIATION DES COLLECTIONS D'ART PAR LES NAZIS par Adrian Darmon

Cet article se compose de 24 pages.
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24
A la fin de l'année 1941, convoqué par Goebbels à Berlin, le comte Metternich, chef du Kunstschutz, obtint que les revendications allemandes d'œuvres d'art, adressées à la France sur la base du "rapport Kümmel", ne devaient être présentées qu'au moment du traité de paix, ce qui signifiait qu'il n'y aurait auparavant pas de transfert d'œuvres d'art des collections nationales françaises revendiquées par les Allemands.

Le 20 janvier 1942, Hitler organisa la conférence de Wannsee, près de Berlin au cours de laquelle la "solution finale du problème juif en Europe" fut décidée. Les Allemands avaient songé tout d'abord à la déportation des Juifs vers des régions comme l'Ouganda ou Madagascar mais avaient commencé à massacrer ceux-ci en Pologne et dans d'autres pays de l'Est qu'ils avaient occupés.
Des milliers de Juifs avaient été exécutés à la mitrailleuse ou brûlés vifs dans des synagogues ou des maisons mais les nazis trouvèrent progressivement des solutions plus radicales, notamment en gazant des milliers de personnes entassées dans des camions dont les fourgons étaient reliés aux tuyaux d'échappement. Eichmann et d'autres dignitaires nazis eurent alors l'idée d'installer des chambre à gaz dans des camps de concentration qui pouvaient dès leur arrivée, permettre l'élimination de milliers de Juifs jugés inaptes aux travaux forcés.

Durant toute l'année 1942, les Allemands s'employèrent à piller les collections appartenant à des Juifs dans les pays occupés ainsi que les collections publiques de ces derniers. Venus aux portes de Saint-Pétersbourg, ils vidèrent les palais impériaux alentour et démontèrent notamment la célèbre chambre d'ambre de la magnifique résidence du Tsar Pierre 1er qu'on ne retrouva pas après la guerre.

Le 10 mars, Rose Valland produisit un rapport donnant la liste des œuvres d'art moderne présentes à cette date au Jeu de Paume, en précisant la collection d'origine. Ce rapport eut par la suite une grande utilité dans les opérations de récupération d'œuvres volées menées après la guerre.

En avril 1942, L'E.R.R. eut recours pour la première fois à la valise diplomatique pour faire entrer en Suisse des œuvres saisies destinées à des échanges. L'envoi comprenait notamment vingt-cinq tableaux impressionnistes (dont vingt-quatre provenant de la collection Paul Rosenberg), échangés par Goering contre des œuvres et des tapisseries anciennes du marchand allemand Hans Wendland.

Le 7 avril, une ordonnance allemande fut adressée aux chefs de sections administratives d'occupation leur commandant de ne répondre que verbalement aux demandes d'explications sur les saisies et de les justifier comme des "mesures punitives".

Page précédente
Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon