ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page Judaica :
Rechercher dans le site :

Citation
L'existence de Dieu ne peut être niée puisque personne n'a pu formellement prouver son inexistence…

Actuellement
Dernieres petites annonces
15/10: UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE
UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE SUR ferse.hubside.frA très bientot sur le site!!! ...
24/07: RECHERCHE OEUVRES MAJEURES
We are a consulting firm of Art and Antiques, whose main activity is themanagement of p...
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Judaica

HISTOIRE DE LA SPOLIATION DES COLLECTIONS D'ART PAR LES NAZIS par Adrian Darmon

Cet article se compose de 24 pages.
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24
En août 1940, Joseph Goebbels demanda au docteur Kümmel, directeur-général des Musées nationaux du Reich, de dresser une liste des œuvres d'art et objets précieux d'origine allemande se trouvant dans les pays occupés afin de les récupérer ou, en cas de disparition, d'obtenir une compensation par l'octroi d'autres œuvres.

Les 6 et 7 août, l'Alsace et la Lorraine furent annexées à l'Allemagne et les biens des Juifs et des francs-maçons furent aussitôt transférés aux organisations nazies.

Le 16 août 1940, Abetz adressa une lettre au maréchal von Brauchitsch proposant à ce dernier un projet de réglementation pour la saisie des objets d'art publics, privés et surtout «juifs». L'opération fut confiée au baron von Künstberg alors que le Kunstschutz chapeauté par le comte Metternich devait se limiter à prêter une assistance technique au service de von Künstberg qui devait établir les listes et les transmettre à Abetz. Ce dernier et le Führer devaient alors décider si les objets devaient être ou non transférés en Allemagne. D'autre part, une caisse spéciale devait être créée pour les sommes provenant de ces objets afin de constituer un acompte pour les réparations de guerre.

Dès le 31 août, Abetz adressa à Berlin une documentation complète sur les tableaux des collections publiques confisquées en zone occupée et fit parvenir au ministère des Affaires étrangères du Reich une liste des trente tableaux les plus précieux trouvés dans les hôtels particuliers israélites de Paris. Le pillage orchestré par les nazis ne connut ensuite plus de répit.

Le 8 septembre 1940, l'état-major de la Wehrmacht imposa des commissaires-gérants aux entreprises juives que leurs propriétaires avaient quittées. Deux jours plus tard, le gouvernement de Vichy décida que des administrateurs provisoires prendraient en charge les entreprises et les immeubles dont les dirigeants ne pouvaient exercer leurs fonctions. On constate ici avec quelle rapidité les autorités de Vichy s'empressèrent de satisfaire aux exigences allemandes.

Le 13 septembre, le tribunal des Hautes-Pyrénées ordonna de mettre sous séquestre et de liquider les biens du baron Maurice de Rothschild trouvés à Argelès-Gazost. Recourant au droit de préemption, les musées se firent attribuer les œuvres d'art saisies. Là encore, les autorités de Vichy ne se privèrent pas d'aller au-delà des intentions initiales des Allemands en participant au pillage de biens appartenant à des Juifs avant même l'adoption par l'Etat français d'un statut spécial les concernant.

Page précédente
Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon