ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page Judaica :
Rechercher dans le site :

Citation
Les romanciers non publiés ne produisent que des écrits vains (A.D)

Actuellement
Dernieres petites annonces
15/10: UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE
UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE SUR ferse.hubside.frA très bientot sur le site!!! ...
24/07: RECHERCHE OEUVRES MAJEURES
We are a consulting firm of Art and Antiques, whose main activity is themanagement of p...
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Judaica

HISTOIRE DE LA SPOLIATION DES COLLECTIONS D'ART PAR LES NAZIS par Adrian Darmon

Cet article se compose de 24 pages.
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24
Au début de l'année 1944, les collections des musées situés le long de la côte atlantique depuis La Rochelle jusqu'à la frontière franco-espagnole furent évacuées vers l'intérieur du pays.

Au cours de l'année, les oeuvres de la Mission spéciale Linz furent cachées dans les mines de sel autrichiennes d'Alt Aussee. Le 30 mars, le château de Rastignac, en Dordogne, fut pillé et brûlé par les SS. Un point d'interrogation subsista sur le sort des oeuvres de la collection Bernheim-Jeune, qui y étaient cachées.

En avril 1944, les ministres de l'Éducation des gouvernements alliés créèrent à Londres une commission, dirigée par le professeur Paul Vaucher, ayant pour but la protection et la restitution des biens artistiques et culturels. La commission resta en fonction jusqu'à la fin de l'année 1946.

Au début avril, d'importantes oeuvres de la collection hollandaise Mannheimer, arrivées en région parisienne, quittèrent Paris pour l'Allemagne, après une vente forcée en faveur du musée de Linz.

Le 6 juin eut lieu le débarquement anglo-américain en Normandie, ce qui eut pour effet d'inciter les Allemands à accélérer les envois d'œuvres saisies vers l'Allemagne en dépit des tentatives de sabotages des voies ferrées de la part de la Résistance.

Le 27 juin, sur ordre d'Himmler, patron de la Gestapo, la Tapisserie de Bayeux est retirée du château de Sourches et transportée au Louvre.

En juin et juillet, malgré l'avancée des troupes alliées vers Paris, une nouvelle vague de confiscations se déroula à Paris, les collections Weill-Picard, Van Cleef, Esders et Thalmann furent saisies par l'E.R.R.

La Conférence monétaire et financière des Nations Unies, qui eut lieu entre le 1er et le 22 juillet à Bretton Woods, publia une résolution internationale réaffirmant la déclaration de Londres de janvier 1943. De plus, elle recommanda l'interdiction par les pays neutres de l'exploitation des actifs des dirigeants ennemis dans leur territoire, et notamment des œuvres d'art.

Le centre parisien de l'E.R.R. fut fermé au début du mois d'août par les Allemands. Le dernier rapport de l'E.R.R., rédigé à Berlin, faisait état pour la France de deux cent trois collections saisies et de vingt et un mille neuf cent trois (21 903) objets d'art confisqués.

Page précédente
Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon