ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page Judaica :
Rechercher dans le site :

Citation
Il n'est pas nécessaire d'avoir pris froid pour prendre quelqu'un en grippe...

Actuellement
Dernieres petites annonces
15/10: UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE
UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE SUR ferse.hubside.frA très bientot sur le site!!! ...
24/07: RECHERCHE OEUVRES MAJEURES
We are a consulting firm of Art and Antiques, whose main activity is themanagement of p...
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Judaica

HISTOIRE DE LA SPOLIATION DES COLLECTIONS D'ART PAR LES NAZIS par Adrian Darmon

Cet article se compose de 24 pages.
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24
Le 29 mars, les autorités de Vichy créèrent un Commissariat général aux Questions juives qui essaya alors en vain de récupérer pour son compte les œuvres confisquées aux Juifs français par les nazis. D'un autre côté, le commissariat ne manqua pas de répondre aux visées allemandes en menant intensivement une chasse contre les Juifs vivant en France.

Le 10 avril, un arrêté fut publié établissant la constitution du Comité supérieur des Séquestres et Liquidations à la direction des Domaines. Il visait à garder en France des œuvres et des objets d'art saisis en s'appuyant sur la loi du 5 octobre 1940 et sur le droit de préemption reconnus aux Musées depuis le 31 décembre 1921 tandis que la direction des Musées de France informait dans le même temps Fernand de Brinon, délégué-général du gouvernement français dans les territoires occupés du danger de saisie des collections juives confiées aux Musées nationaux. En pure perte, car le lendemain, les collections David-Weill, confiées justement aux Musées nationaux, furent saisies au château de Sourches dans la Sarthe par l'E.R.R qui bénéficiait d'informations fournies par des indicateurs français.

Le 21 avril, M. Jaujard eut néanmoins le courage d'adresser une lettre au Secrétaire-général des Beaux-Arts l'accusant de son silence au sujet de la saisie des collections juives confiées à l'administration française.

Le 24 avril, L'amiral Darlan donna l'ordre au secrétaire général des Beaux-Arts de retirer la Diane au bain de Boucher de son dépôt et de la renvoyer au Louvre. Désiré par von Ribbentrop, le tableau sera l'objet d'une négociation visant à un échange avec d'autres œuvres mais devant l'impossibilité de fournir les Watteau des Musées de Berlin et de Dresde réclamées par les Français, Ribbentrop renonça à réclamer ce tableau le 1er août 1941.

Il fut procédé à une première vague d'arrestations massives de Juifs étrangers à Paris le 14 mai 1941 mais personne ne la dénonça ouvertement. Le 2 juin, un nouveau statut des Juifs fut institué par le gouvernement de Vichy lequel élargissait la liste des emplois interdits et étendait le recensement des Juifs à l'ensemble de la France. Cette initiative devait permettre par la suite des rafles à grande échelle menées avec l'aide de la police française.

Le 10 juin, l'amiral Darlan adressa une lettre de protestation officielle à Fernand de Brinon, délégué général du gouvernement français dans les territoires occupés, sur les saisies allemandes de collections d'art de Juifs ayant perdu la nationalité française, et des collections juives confiées à l'administration française. Son courrier resta néanmoins lettre morte.

Page précédente
Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon