ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page Judaica :
Rechercher dans le site :

Citation
ATTILA ETAIT UN HUN CAPABLE DE TOUT ...

Actuellement
Dernieres petites annonces
15/10: UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE
UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE SUR ferse.hubside.frA très bientot sur le site!!! ...
24/07: RECHERCHE OEUVRES MAJEURES
We are a consulting firm of Art and Antiques, whose main activity is themanagement of p...
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Judaica

HISTOIRE DE LA SPOLIATION DES COLLECTIONS D'ART PAR LES NAZIS par Adrian Darmon

Cet article se compose de 24 pages.
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24
Le 16 avril, la police allemande essaya de transférer la collection Schloss de la zone sud à Paris, mais, à la suite de l'intervention du préfet de Corrèze, la collection fut momentanément déposée à Limoges. Suite à une campagne de dénigrement de l'E.R.R., Rosenberg envoya à Hitler un rapport sur l'organisation et lui offrit, pour son prochain anniversaire survenant le 20 avril, trente-neuf volumes de photographies des chefs-d'œuvre confisqués provenant des collections juives françaises, afin de le convaincre de la validité du travail de l'E.R.R. Dans le rapport, Rosenberg affirmait qu'à l'issue des opérations d'échanges d'œuvres d'"art dégénéré", le reliquat subsistant serait éliminé.

Le 21 avril, après réception des volumes de photographies offert par l'E.R.R. à Hitler, Martin Bormann, secrétaire particulier du Führer, demanda par courrier à Alfred Rosenberg le transfert de responsabilité de la totalité de objets d'art confisqués par l'E.R.R. aux experts du musée de Linz. L'ordre, décidé par Hitler, visait à la liquidation de l'E.R.R. en faveur de la Mission spéciale Linz. Rosenberg obtint toutefois le maintien des activités de son organisation, celle-ci étant chargée du catalogage des oeuvres.

Du mois d'avril à août 1943, suscitant l'intérêt des Allemands comme du gouvernement de Vichy, la collection Schloss, cachée en zone Sud, fut l'objet de plusieurs tentatives de récupération, menées en allant jusqu'à enlever des membres de la famille. Transférée à Paris, par ordre de Vichy, la collection fut finalement partagée, les Allemands récupérant deux cent soixante deux oeuvres pour le musée de Linz, contre une "indemnisation" promise au Commissariat aux Questions juives. Les Musées nationaux de leur côté utilisèrent leur droit de préemption pour garder en France quarante-neuf oeuvres. Enfin, une part fut réservée au marchand Jean-François Lefranc, agent de Vichy qui avait mené l'affaire.


Le 4 mai, en réaction aux ordres du 21 avril, Alfred Rosenberg envoya une lettre à Martin Bormann pour affirmer le rôle irremplaçable de l'E.R.R. Il soutint notamment la nécessité de faire achever par l'organisation le catalogage des œuvres afin, selon lui, de poursuivre les controverses encore ouvertes avec le gouvernement français. Une prolongation d'activité fut finalement accordée à l'E.R.R. pour terminer ses travaux en France et en Allemagne.

Le 27 mai, comme publié en 1961 dans Le Front de l'art, Rose Valland indiqua à cette date la destruction d'environ cinq ou six cents oeuvres d'art moderne (parmi lesquelles des oeuvres de Masson, Miró, Picabia, Valadon, Klee, Ernst, Léger, Picasso, Kisling, La Fresnaye, Marval, Mané-Katz, brûlées par l'E.R.R. dans le jardin intérieur du Jeu de Paume. Elle fut le seul témoin de l'affaire. Il faut noter que le recueil des rapports de l'époque indique pour ces destructions la date du 23 juillet, plus en accord avec le déroulement des événements, tels qu'elle-même les raconte aussi dans son livre.

Page précédente
Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon