ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page Judaica :
Rechercher dans le site :

Citation
Crise financière : on a vu sans pourtant rien voir venir (A.D)

Actuellement
Dernieres petites annonces
15/10: UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE
UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE SUR ferse.hubside.frA très bientot sur le site!!! ...
24/07: RECHERCHE OEUVRES MAJEURES
We are a consulting firm of Art and Antiques, whose main activity is themanagement of p...
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Judaica

HISTOIRE DE LA SPOLIATION DES COLLECTIONS D'ART PAR LES NAZIS par Adrian Darmon

Cet article se compose de 24 pages.
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24
L'automne vit la réouverture des musées parisiens tandis qu'à la fin du mois de novembre fut constituée une unité d'enquête sur le pillage des œuvres d'art à l'intérieur de l'O.S.S. (Office of Strategic Service). Celle-ci était composée d'historiens d'art conseillés par la Commission Roberts.

En décembre, Rose Valland emmena le M.F.A.A. officer Rorimer dans les locaux de l'E.R.R. à Paris, où furent récupérés de nombreux documents sur l'activité de l'organisation. Le S.H.A.E.F. (Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force) reçut, par l'intermédiaire de Rose Valland, les noms de tous les dépôts de l'E.R.R. hors de France où furent transportées les oeuvres provenant de ce pays.
De nombreux chefs-d'œuvre furent recueillis dans les châteaux de Bavière à Munich, en Tchécoslovaquie et en Autriche. Tous ces dépôts avaient été miraculeusement épargnés par les bombardements aériens effectués par les Alliés.

Au cours de son avancée vers l'Ouest au début de 1945, l'Armée rouge ne se limita pas à une politique de récupération des oeuvres russes saisies par les nazis, mais s'appropria aussi systématiquement d'autres oeuvres.

Pratiquement au même moment, Goering fit détruire sa résidence de campagne Carinhall tandis qu'une grande partie des oeuvres de sa collection fut transportée dans des trains spéciaux et arriva à Berchtesgaden et à Unterstein en avril.

Afin d'éviter des poursuites financières, une réunion de marchands de tableaux opérant en France, décida dès le mois de janvier de ne fournir aucun renseignement à l'administration française sur le commerce illégal d'œuvres d'art pendant l'Occupation. De nombreux professionnels, réputés, comme Fabiani, Pétridès ou Cailleux ou moins connus, avaient activement commercé avec les Allemands durant l'occupation et pendant ces quatre années noires que connut la France le marché de l'art avait néanmoins été particulièrement florissant.

Au cours de la Conférence de Yalta qui eut lieu entre les 4 et 11 février 1945, les Alliés décidèrent la division de l'Allemagne en quatre zones d'occupation (États-Unis, Grande-Bretagne, France, URSS).

Toujours en février, l'enquêteur anglais Douglas Cooper, fut envoyé en Suisse par le M.F.A.A. et la Commission de récupération artistique française, pour s'occuper des relations économiques germano-suisses et du sort des biens allemands. Ses révélations sur le trafic illégal d'œuvres d'art avec les nazis amenèrent le gouvernement suisse à promettre d'intervenir.

Page précédente
Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon