ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page Sculptures :
Rechercher dans le site :

Citation
Le comble pour un commissaire-priseur, c'est de devenir marteau (AD)

Actuellement
Dernieres petites annonces
15/10: UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE
UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE SUR ferse.hubside.frA très bientot sur le site!!! ...
24/07: RECHERCHE OEUVRES MAJEURES
We are a consulting firm of Art and Antiques, whose main activity is themanagement of p...
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Sculptures

Les Bronzes : Histoire générale des origines à nos jours
Cet article se compose de 17 pages.
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17
Adriaen de Vries, Apollon

On aura du mal aujourd'hui à trouver une oeuvre originale de Jean de Bologne en vente alors que des modèles repris par ses élèves, Tacca ou les Susini, sont encore disponibles sur le marché.

Ces modèles furent surtout diffusés à travers l'Europe par Antonio Susini, mort en 1624, et son neveu Francesco, mort en 1646. Ce sont eux, ou des artistes de leur entourage ou inspirés par Jean de Bologne, qui ont produit des quantités d'oeuvres qu'on trouve parfois dans des ventes aux enchères.

Citons ainsi une représentation présumé du Dieu Mars, en fait plutôt un bourreau avec son sabre recourbé dans une main, l'autre main restant libre, alors qu'une récente découverte suggère qu'elle tenait une tête tranchée, estimée l'an dernier 150 000 FF à Drouot, qui a atteint la coquette somme de 7500 000 FF avec les frais. Finement ciselée et nantie d'une belle patine, on peut attribuer cette statuette à Francesco Susini sans trop de réserve.

La montée en puissance des monarques et des princes à la fin du XVIe siècle va de pair avec la production intensive de sculptures en bronze. En France, c'est Prieur qui exécute des bustes de Henri IV alors que Rodolphe II et Philippe II font appel à des artistes pour être figés dans l'éternité. Louis XIV s'entourera de même de nombreux sculpteurs pour fixer sa gloire jusqu'au moment où acculé à la ruine par des guerres à répétition, il commettra une faute irréparable en ordonnant la fonte de toutes les pièces d'argenterie de son royaume pour renflouer ses caisses. On imagine sans peine que concernant le bronze, la priorité fut donnée à partir de 1685 à la fabrication de canons plutôt que de sculptures.

On constate encore que les phénomènes économiques et politiques ont souvent influé sur le cours de l'histoire de l'art. Le bronze, matière noble par excellence, ne fut destiné en grande partie qu'à la noblesse et si Louis XIV donna entre 1655 et 1685 un grand élan au domaine de la sculpture en bronze, il n'en resta pas moins en grande partie responsable de son déclin pendant des décennies.

On peut ajouter que Colbert avait su donner un rôle déterminant aux artistes alors que Louvois, son successeur, fut moins accessible aux milieux artistiques. A partir du début des années 1680, Louvois donna la priorité aux dépenses militaires avant de connaître la disgrâce en 1689 mais le mal était fait car jamais le royaume ne put se relever de telles dépenses.

Il est patent que la production de statues équestres représentant le roi fut grandement freinée avant même 1700, année qui représenta le début des misères progressives du royaume avec un lot incessant de guerres qui coïncida avec une période de durs hivers et même de famine.

On peut ainsi constater que le Roi Soleil avait commençé à décliner quinze ans avant sa mort qui, rappelons-le, ne fut pas un événement propre à faire pleurer les Français puisqu'on enterra le monarque à la sauvette alors que certains de ses serviteurs eurent l'outrecuidance de se servir dans les appartements royaux durant l'organisation d'obsèques clandestines. Si la Révolution intervint moins de 75 ans plus tard, ce fut ainsi plus ou moins par la faute de ce roi qui n'avait pas su préserver tous les acquis fabuleux des deux premiers tiers de son règne. Ne jetons donc pas la pierre exclusivement à Louis XVI et à Marie-Antoinette malgré la cervelle d'oiseau de cette dernière.

Page précédente
Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon