ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page Sculptures :
Rechercher dans le site :

Citation
Barbares, les Germains le devinrent en étant assoiffés de Rome...

Actuellement
Dernieres petites annonces
15/10: UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE
UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE SUR ferse.hubside.frA très bientot sur le site!!! ...
24/07: RECHERCHE OEUVRES MAJEURES
We are a consulting firm of Art and Antiques, whose main activity is themanagement of p...
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Sculptures

Les Bronzes : Histoire générale des origines à nos jours
Cet article se compose de 17 pages.
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17
Pour Verrocchio, la tâche se révéla gigantesque puisque 34 ans avant lui Donatello avait exécuté la première grande statue équestre depuis l'Antiquité, celle, rappelons-le, du condottiere Gattemalata. Les deux oeuvres furent des modèles de sensibilités opposées. La première fut dominée par une volonté de calme alors que la seconde voulut manifester tout son élan.

Au style classique de Donatello s'opposa donc un esprit romantique. Alors qu'on retrouvait dans la sculpture de Donatello la majesté tranquille de la statue de Marc-Aurèle, dans le cheval en action de Verrocchio, avec son cavalier crispé dans son élan, on vit poindre le début de la sculpture baroque et les chevaux cabrés du Bernin. Cela n'empêcha pas Verrocchio de tenir une place prépondérante dans l'histoire de l'art puisqu'il amena une rupture et en même temps un trait d'union entre deux esthétiques. Avec Donatello, on en vint ainsi à la fin d'une courte période classique alors que débutait l'art moderne avec Verrocchio.

Il semble maintenant nécessaire de souligner l'influence des grands princes des XVe et XVIe siècles qui cherchèrent à s'entourer d'artistes afin de faire resplendir leur gloire en dehors de leurs cités et comme leurs familles donnèrent des papes, ces derniers, plus libéraux dans leurs choix, surent s'adapter à un nouvel esprit dans le domaine de la sculpture tout en assouplissant la position de l'Eglise vis à vis de certaines représentations humaines.

Il est patent que sans les Médicis et d'autres princes, l'art aurait continué à s'exprimer sous la conduite exclusive de l'Eglise durant encore plusieurs décennies. Ceux-ci, en dehors de leur caractère quelque peu autocratique, eurent un rôle certain dans l'expression d'un humanisme naissant, donc à des préoccupations centrées autour de l'homme et de son existence.

Leur gloire franchirent vite les frontières et incitèrent ainsi des monarques comme Charles Quint ou François 1er à les imiter quoique ces derniers furent les seuls au XVIe siècle à donner une part intéressante à l'art du bronze. Il n'en reste pas moins que les artistes qui se manifestèrent dans le registre de la sculpture en Italie eurent une influence certaine sur d'autres qui travaillaient à l'étranger, notamment en Allemagne du sud, aux Pays Bas du sud et en France. Toutefois, l'essentiel de la production d'oeuvres en bronze se fit en Italie, notamment à Florence, Padoue, Rome ou Venise durant tout le XVIe siècle.

Italie du nord, Severo da Ravenna

Padoue, vers 1500, cheval au pas

Alors que les princes participaient à la promotion de l'art, l'Eglise commença donc à fermer les yeux au sujet de certaines représentations, ce qui permit à des sculpteurs comme Andrea Riccio ou Briosco (vers 1470-1532) qui fut actif à Padoue de produire des œuvres osées par rapport au contexte de leur époque.

Elève de Bartolomeo Bellano, Riccio travailla essentiellement au Santo de Padoue, où il réalisa en 1506 deux reliefs en bronze retraçant l'histoire de Judith, David et l'Arche d'Alliance et surtout un chancelier pascal monumental qui lui prit neuf années de travail jusqu'en 1516. Il réalisa également des reliefs en bronze évoquant l'Invention de la Croix pour l'église Santa Maria dei Servi à Venise vers 1511.

Page précédente
Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon