ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page Sculptures :
Rechercher dans le site :

Citation
Avoir une santé de fer pour un vieux ne l'empêchera pas de finir rouillé tôt ou tard

Actuellement
Dernieres petites annonces
15/10: UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE
UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE SUR ferse.hubside.frA très bientot sur le site!!! ...
24/07: RECHERCHE OEUVRES MAJEURES
We are a consulting firm of Art and Antiques, whose main activity is themanagement of p...
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Sculptures

Les Bronzes : Histoire générale des origines à nos jours
Cet article se compose de 17 pages.
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17
Jean de Bologne fut avant tout préoccupé par le mouvement développé dans l'espace en créant une impressionnante série de sculptures et de reliefs en bronze. On peut citer son Enlèvement des Sabines à partir de 1579 dont le modelé et le mouvement préfigurèrent certaines réalisations de Pigalle et même de Rodin.

Giambologna fut le sculpteur du XVIe siècle dont on a conservé une grande quantité de modèles originaux pour les fontes, qu'on trouve notamment au Victoria & Albert Museum de Londres ou encore au Bargello de Florence. Par ailleurs, il a été l'artiste le plus copié au début et au milieu du XVIIe siècle grâce à son savoir qu'il transmit à des élèves comme Francavilla et Pietro Tacca ou à son assistant Antonio Susini lequel fut ensuite relayé par son neveu Francesco dans la diffusion de copies fidèles de ses oeuvres.

C'est en grande partie grâce à lui que la sculpture sortit de son espace essentiellement italien pour rayonner à travers l'Europe, notamment en Allemagne, à Prague, en France et en Espagne.

Alors que Michel-Ange créa un style néo-classique, qui devait plus à Rome qu'à la Grèce et que Canova remit à l'honneur du temps de Napoléon 1er, et alors qu'il jeta les bases de l'art baroque par l'exacerbation du mouvement à travers l'extériorisation de la force musculaire, Giambologna créa un style qui influença toute l'Europe de la fin du XVIe siècle, et plus particulièrement la France qui ne se montrera sensible au baroque que durant le siècle suivant.

Les artistes qui travaillèrent dans la mouvance de Jean de Bologne furent surtout des maniéristes, notamment à travers l'allongement exagéré des formes. Mais avant tout Jean de Bologne fut du siècle du Primatice ou de Jean Goujon qui fut de son côté porté au pinacle au XIXe siècle par des historiens comme Elie Faure. Il serait en fait plus judicieux de redonner à Jean de Bologne la place qu'il mérite dans l'histoire de l'art, une place certainement plus marquante que celle de Goujon dont de nombreuses oeuvres, surtout en pierre, ont disparu du paysage parisien.

On pourrait même mettre Barthélémy Prieur, né à une date inconnue et mort en 1611, sur un pied d'égalité avec Goujon avec qui il eut une certaine affinité puisqu'il fut l'élève de Germain Pilon (Vers 1535-1590) autre grand artiste français lequel fut influencé par le Primatice et produisit des oeuvres maniéristes de tendance baroque.

Prieur réalisa de nombreuses statuettes en bronze qui le mettent en bonne place parmi les sculpteurs mais loin derrière Jean de Bologne qui reste une référence pour les amateurs, tant par la quantité de sa production que par les thèmes abordés dans la représentation humaine et animalière, et qui sut si bien représenter certaines attitudes qui ne manquèrent pas d'influencer nombre d'artistes durant le XVIIe siècle. On pense notamment à ses chevaux cabrés qui servirent de modèles à des sculpteurs qui glorifièrent Louis XIV à travers des représentations équestres.

Le véritable rival de Jean Bologne en dehors du cercle italien fut en fait le Hollandais Adriaen de Vries (Vers 1550-1626), qui fut dit-on son élève à Florence. De Vries travailla ensuite pour le Duc de Savoie Charles Emmanuel et pour l'Empereur Rodolphe II et accessoirement pour la cour de Hongrie. On voit là que l'art de la sculpture en bronze avait commencé à rayonner à travers l'Europe à partir de 1575.

Comme Jean de Bologne, il édifia des fontaines monumentales, notamment à Augsbourg et créa des oeuvres maniéristes magistrales, notamment des chevaux cabrés et autres statuettes très expressives. Notons qu'il y a une dizaine d'années à Drouot, un cheval cabré de De Vries a atteint la bagatelle de dix millions de francs.

Page précédente
Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon