ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page Sculptures :
Rechercher dans le site :

Citation
Un peintre obscur n'a jamais rien produit de lumineux

Actuellement
Dernieres petites annonces
15/10: UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE
UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE SUR ferse.hubside.frA très bientot sur le site!!! ...
24/07: RECHERCHE OEUVRES MAJEURES
We are a consulting firm of Art and Antiques, whose main activity is themanagement of p...
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Sculptures

Les Bronzes : Histoire générale des origines à nos jours
Cet article se compose de 17 pages.
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17
La Régence imposa cependant un style qui s'éloigna de la pompe classique du XVIIe siècle où les ors décoratifs supplantèrent le faste passé. Les modes changèrent tout comme les perruques et la forme des meubles et lorsque Louis XV put s'asseoir sur le trône, un autre vent, plus libertin, souffla sur Versailles. Curieusement, les sculpteurs délaissèrent le bronze et préférèrent créer des oeuves en marbre ou en terre cuite.

L'époque Louis XV fut celle de la délicatesse et ce fut une période faste pour les figurines en porcelaine qu'elles fussent de Meissen, de Nymphembourg, de Vincennes ou de Sèvres. Le bronze, matière lourde, et ses accents virils et brutaux ne trouva plus grâce aux yeux des monarques. Certes, on continua bien à produire des statues équestres et quelques bustes mais en quantité limitée et avec moins de vigueur et de talent qu'au siècle précédent.

Et puis, les petits modèles en bronze produits durant tout le XVIIIe siècle servirent avant tout à orner des pendules alors que nombre de bronziers s'étaient investis dans la fabrication d'ornements pour des meubles dont les prix étaient démesurés par rapport à ceux qui n'en avaient pas.

Vint la révolution qui porta un nouveau coup d'arrêt à la production de petits bustes ou de statuettes sans compter le nombre incroyable de statues équestres représentant Louis XIV ou Louis XV qui furent démantelées et fondues suite à la haine des révolutionnaires envers la monarchie. Ce véritable massacre, ajouté à la destruction du trésor royal de St Denis et à la dispersion des contenus de Versailles et de nombreux châteaux, fut un désastre pour le patrimoine culturel de la France qui perdit en l'espace de cinq années des milliers de pièces inestimables. On a encore du mal aujourd'hui à mesurer cette perte.

Vint ensuite l'Empire mais là encore Napoléon donna la préférence aux sculpteurs qui, comme Canova, travaillaient plutôt le marbre et si des bronzes furent produits, ceux-ci furent une nouvelle fois perdus lors de la Restauration. Ce ne fut donc qu'à partir des années 1830 que l'art du bronze commença à renaître de ses cendres après une période durant laquelle on s'attacha à réaliser des petits modèles, souvent à la gloire des grands rois tels qu'Henri IV ou Louis XIV. La mode du Grand Tour instituée par les Anglais au début du XVIII e siècle donna aussi lieu à une floraison de copies d'après des bronzes antiques à partir des années 1820.

Ce fut surtout le Salon de Paris qui donna l'occasion à des sculpteurs comme Barye de se manifester dans un nouveau registre, la représentation très naturaliste d'animaux.

Barye ne dédaigna pas les sujets mythologiques et des représentations féminines mais trouva réellement sa voie avec la sculpture animalière en produisant des sujets saisissants de vérité. Il n'avait pas à aller bien loin pour représenter des éléphants, des lions et des crocodiles puisque le Jardin des Plantes à Paris fut son endroit favori pour dessiner sur le vif ces animaux avant de les réaliser en plâtre puis en bronze.

L'époque du règne de Louis-Philippe et l'avènement de la révolution industrielle fut propice à un développement de l'art du bronze à une grande échelle surtout que les artistes bénéficièrent des commandes d'une nouvelle clientèle bourgeoise alors que les bronzes purent être produits industriellement grâce au procédé Acolas de reproduction.

Page précédente
Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon