ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page Peintures :
Rechercher dans le site :

Citation
Dieu fut à l'origine du monde. Courbet la peignit (AD)

Actuellement
Dernieres petites annonces
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
01/01: APPEL PRESSANT A DE TRES MAUVAIS PAYEURS
Demeurant dans le secteur de Charleville, M. P. C., chauffeur de taxi, et Mme M. R., ...
06/03: Patrice MURCIANO Pop Art
Collectionneur privé sur le second marché de l'art, se sépare d'une de ses deux toile...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Peintures

Ces dossiers réalisés par nos spécialistes vous permettront de découvrir, aussi bien au travers d'entretiens avec des peintres renommés que par des rétrospectives sur un genre ou courant, les trésors de la peinture au fil du temps.
LES ORIENTALISTES par Adrian Darmon

Cet article se compose de 7 pages.
1 2 3 4 5 6 7
Si madame de Pompadour s'ébat au château de Bellevue parmi les décors de sultanes et d'odalisques de mascarade d'Amédée Van Loo, c'est que l'Orient, au cours du XVIIIe siècle, est avant tout un sujet de divertissement. Des sultanes de Boucher aux pachas de Fragonard, les turqueries se mêlent aux chinoiseries. Leur conception est dictée par les rapports avec l'Orient qui, jusqu'au début du XIXe siècle restent d'ordre commercial.
Hormis les denrées rares et précieuses qui s'acheminent vers l'Occident, ce que l'on connaît de ce monde lointain, ce sont les ambassades fastueuses du Shah de Perse et la traduction des «Mille et Une Nuits».

De ces données filtrées naît l'image d'un Orient de convention, carrossé de turbans, caftans et cimeterres qui vont mettre en valeur un univers plus chatoyant et pittoresque.
Bien encore fade, se dessine une constante de l'orientalisme qui est de favoriser l'évocation d'un intimisme voluptueux.


Otto Pilny (1866-1936),
"Un divertissement"

Cette vision propre au XVIIIe perdure au XIXe à travers une catégorie d'artistes qui ne firent jamais le voyage en Orient, et qui pour le peindre se référent à d'autres sources engendrant pour certains un orientalisme stéréotypé qui concourra à la défaveur du genre. Ils se pourvoyaient en armes et costumes typiques dans les ateliers des peintres qui, au retour d'expédition, avaient transformé ceux-ci en bazars orientaux en alimentant des magasins d'accessoires à la disposition des artistes.

A travers l'exotisme en chambre de Jean-Dominique Ingres, on lit ce recours insistant à un Orient imaginaire de la femme qui danse, de la femme que l'on peigne, de la femme au bain.

Mais, transfiguré par son génie, il devient prétexte à la révélation de son univers personnel fait de sensualité, de quiétude et de douceur, dans la représentation de corps nus, abandonnés en d'élégantes arabesques.

Se référant à la plastique de Raphaël, aux gravures du XVIIIe, aux miniatures persanes et à un livre sur le Cachemire, il connote ses tableaux de touches exotiques. mais les coussins, les tissus et les couleurs n'interviennent que pour renforcer la beauté blanche du corps de « La Grande Odalisque» (1814, Louvre).

Par la mise en page très rapprochée et vue de dos, il module un mélange étroitique fait de proximité et de pudeur.
Ce schéma structurel revient obsessionnellement chez lui, allié à son goût des couleurs pures, ni fondues, ni mélangées, qui confèrent à son oeuvre son pouvoir de fascination et d'étrangeté.

«Le Bain Turc» (1862, Louvre) est en quelque sorte le tableau générique d'Ingres.
Il repend et développe le thème de l'odalisque en réunissant dans un format circulaire un enchevêtrement de corps d'une complication inouïe. Pimenté d'un saphisme toujours possible, le tableau, par son arrondi représente la suggestion voyeuriste du trou de serrure.

Si d'aucuns n'y voient « pas de relief, pas de vie, pas d'os » tel un critique du salon, cette toile sera refusée car jugée indécente.Ingres s'en étonnera en ces termes : «C'est drôle, elles sont pourtant si propres...»

Page précédente 9/25
Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon