ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page Judaica :
Rechercher dans le site :

Citation
Les gens veulent avant tout rechercher le bonheur alors que les kamikazes ne pensent qu'à s'éclater (AD)

Actuellement
Dernieres petites annonces
24/07: RECHERCHE OEUVRES MAJEURES
We are a consulting firm of Art and Antiques, whose main activity is themanagement of p...
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
01/01: APPEL PRESSANT A DE TRES MAUVAIS PAYEURS
Demeurant dans le secteur de Charleville, M. P. C., chauffeur de taxi, et Mme M. R., ...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Judaica

L'ENCYCLOPEDIE DES PEINTRES ET SCULPTEURS JUIFS

Cet article se compose de 28 pages.
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28
GENESE

Il y a toujours un début en ce qui concerne toute école de peinture et pour les peintres juifs, le véritable commencement fut marqué sous le sceau de l'académisme. Durant la première moitié du XIXe siècle, ils produisirent des portraits et quelques paysages et rares furent ceux qui trouvèrent des thèmes au sein même de leur communauté.

Du fait de leurs conditions d'existence, des interdits concernant la représentation d'images et d'une inclinaison très longtemps marquée pour un art fait de symboles et de signes, les peintres qui s'attachèrent à dépeindre la vie juive ne furent donc pas nombreux au départ alors que plusieurs non-Juifs, comme Rembrandt 200 ans plus tôt, avaient réalisé les portraits de nombreux rabbins et peint de nombreuses scènes de l'Ancien Testament.

Ainsi, Jozef Israëls s'attacha à peindre des scènes typiquement hollandaises et traita rarement de thèmes juifs tandis que Camille Pissarro, dont le père était Juif, fut exclusivement lié au mouvement impressionniste et ne produisit pas d'œuvres inspirées par ses origines.

Plus tard, Modigliani, un Juif italien, s'installa à Paris et trouva son propre style qui était complètement éloigné des traditions juives. La même chose peut être dite de Hayden, Kisling, Pascin et Soutine, des maîtres qui devinrent les fondateurs de l'Ecole de Paris et dont le lien avec le Judaïsme ne fut perçu qu'à travers leur mode d'expression et l'utilisation de couleurs qui les firent s'inscrire dans un mouvement spécifique. Il y eut alors un véritable sentiment spécifiquement juif par essence qui fut instillé dans nombre d'œuvres car ces peintres, qu'ils le voulurent ou non, restèrent attachés pour la plupart à leurs racines familiales et aux pays d'où ils venaient.

Ils furent attirés par Paris, Berlin ou Vienne qui devinrent leurs nouveaux lieux d'existence mais, en tant qu'expatriés, ils restèrent unis par leurs affinités et formèrent une communauté soudée avec d'autres émigrés non-Juifs comme Picasso, Juan Gris ou Kandinsky. Néanmoins, pour les autochtones, ils demeurèrent des étrangers et seule une minorité parvint à se fondre plus ou moins dans le moule de leur nouvelle patrie. Néanmoins, la période trouble de la Deuxième Guerre Mondiale ne tarda pas à leur rappeler leurs origines et qu'être Juif et même chrétien avec un parent ou un grand-parent juif, constituait un terrible handicap à travers toute l'Europe occupée.

Marc Chagall n'était pas différent de ces artistes bien qu'il adoptât une approche différente de la leur dans sa façon de travailler. Très marqué par ses racines juives, il peignit des scènes rappelant sa jeunesse au Shetl et durant toute sa carrière, son inspiration fut largement ancré à la Bible. Au contraire de Chagall, Moïse Kisling à Paris ou Henryk Kuna en Pologne, tous deux pourtant nés dans des familles juives, vécurent et travaillèrent complètement en dehors de la religion.

Il serait néanmoins inexact de prétendre que les artistes juifs ne commencèrent à se manifester qu'au XIXe siècle. En fait, et en dépit du deuxième Commandement (Exodus XX, 4) décrétant qu'il est interdit de reproduire des statues et signalant qu'il ne faut pas se prosterner devant elles ou les adorer (Exodus XX, 5), les Juifs qui vivaient en Terre Sainte il y a 2000 ans et plus prirent la liberté d'ériger des sculptures dans leurs rues ou de décorer leurs maisons d'images figuratives.

On se doit de signaler d'autre part que la religion avait fait une exception concernant la décoration de l'Arche sacrée dans le temple de Jérusalem laquelle était ornée de chérubins.

Page précédente
Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon