ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page News :
Rechercher dans le site :

Citation
L'oubli est parfois pire que l'amnésie

Actuellement
Dernieres petites annonces
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
01/01: APPEL PRESSANT A DE TRES MAUVAIS PAYEURS
Demeurant dans le secteur de Charleville, M. P. C., chauffeur de taxi, et Mme M. R., ...
06/03: Patrice MURCIANO Pop Art
Collectionneur privé sur le second marché de l'art, se sépare d'une de ses deux toile...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

News

L'intégralité des nouvelles 2008, 2009, 2010 , 2011 et 2012

Par ailleurs, ArtCult met à votre disposition l'intégralité des news depuis sa création dans la rubrique archive.magazine

Partenaire de: envoyersms.biz






                                       Contactartcult@wanadoo.fr

Page précédente 51/1924
Retour
JOURNAL D'UN HOMME BLASE par Adrian Darmon
02 Janvier 2019
Catégorie : BLOGABLOC
Cet article se compose de 6 pages.
1 2 3 4 5 6

On ne s'attendait nullement à la chute aussi brutale de la popularité de Macron qui, loin d'être un simple délitement a été due en réalité au dérèglement général d'un dispositif politique qu'il avait présenté comme devant mettre fin aux errements d'un vieux monde condamné par l'Histoire. Or, il était impossible de faire table rase du passé et le penser l'exposait à de graves déconvenues alors que beaucoup de gens croyaient à tort qu'il bousculerait tout sur son passage.

Finalement, son élection a été l'accélérateur d'une crise venue de loin et appelée à durer parce que le populisme, auquel il s'est opposé avec force, est venu renaître de ses cendres un peu partout en Europe pour montrer son impuissance à juguler le mouvement des Gilets Jaunes et l'obliger le 10 décembre à reconnaître une colère légitime et à faire un mea culpa humiliant devant 23 millions de téléspectateurs pour être conduit à renoncer aux mesures non négociables qu'il voulait appliquer dans le cadre de sa politique réformiste.

Subitement détesté, le président venait de passer six mois terriblement déroutants avec l'affaire Benalla, les démissions de ses ministres de l'Ecologie et de l'Intérieur et la crise des Gilets Jaunes pour se retrouver terriblement affaibli et affronter un avenir incertain, même si son partiEn Marche conserverait probablement la majorité au Parlement à l'issue de nouvelles élections législatives dont les résultats seraient peu ou prou identiques à ceux de 2017, ce qui l'amènerait à louvoyer à vue jusqu'au terme de son mandat.

Il n'y a rien de plus triste qu'un 1er janvier. Après le magnifique spectacle sur les Champs-Elysées, suivi d'un feu d'artifice, Paris a ressemblé à une ville morte durant ce Jour de l'An où des millions de Français ont émis des souhaits qui pour la plupart ne se réaliseront pas.

D'ailleurs, le Nouvel An n'est qu'un passage marquant le 365e jour d'un cycle appelé à se renouveler indéfiniment. Il faut donc bien une date butoir pour essayer de repartir pour un nouveau tour alors que rien ne peut être vraiment modifié d'un jour à l'autre.

Le monde est en fait à l'image d'un arbre dont les feuilles tombent pour repousser et ainsi de suite jusqu'au moment où la planète disparaîtra. Seulement voilà, l'homme n'est pas un arbre sorti de la terre qui peut vivre jusqu'à 400 ans. S'il perd ses cheveux en vieillissant, ceux-ci ne repousseront pas sur son crâne dégarni, à moins d'avoir recours à des implants, ce qui ne l'empêchera pas de devenir gâteux.

Accusé d'avoir méprisé la France d'en bas, Macron aura du pain sur la planche pour faire taire les Gilets Jaunes dont les manifestations ont eu pour effet de ralentir l'économie en mettant nombre de commerçants au régime sec. Au départ, ils voulaient l'annulation de la hausse des prix des carburants mais le président n'avait rien voulu savoir avant d'être contraint de lâcher du lest sous la pression de nouvelles revendications tandis que les partis d'opposition s'étaient jetés dans la partie en cherchant à récupérer un mouvement finalement sans tête ni queue.

Passer du 31 décembre d'une année au 1er janvier de la suivante ne changera donc pas grand chose sinon de faire des vœux pour un avenir plus radieux. Mais si émettre des souhaits ne fait pas de mal, les réaliser semble plutôt douloureux. Macron, s'en apercevra sûrement.

On souhaite le meilleur en espérant échapper au pire dans un monde de plus en plus exposé à des turbulences alors que l'utopie a depuis longtemps remplacé la lucidité. De plus, l'être humain lambda n'est qu'éphémère, déjà jugé bon pour la retraite à 65 ans durant une vie où il n'aura pas vraiment eu le temps de satisfaire le dixième de ses désirs. Macron se rendra donc sûrement compte que son quinquennat filera terriblement vite.

Il est déjà 23 heures. La journée a été morne et mon épouse râle de me voir traîner à noircir des pages de mes pensées tandis qu'un heureux quidam a gagné les 129 millions d'euros de la cagnotte de l'Euromillion. Lui au moins n'aura plus de soucis à se faire sinon qu'à profiter à bon escient du pactole tombé dans son escarcelle. Le 1er de l'An agonise. Dans une heure, on vivra un nouveau jour de 2019. Le temps passe si vite…

Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon