ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Filtres
Année

Catégorie


Recherche
Rechercher dans la page Archives des News :
Rechercher dans le site :

Citation
Un homme accompli n'a en fait rien d'un homme fini...

Actuellement
Dernieres petites annonces
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
01/01: APPEL PRESSANT A DE TRES MAUVAIS PAYEURS
Demeurant dans le secteur de Charleville, M. P. C., chauffeur de taxi, et Mme M. R., ...
06/03: Patrice MURCIANO Pop Art
Collectionneur privé sur le second marché de l'art, se sépare d'une de ses deux toile...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Archives des News

Année :
146 titres
Marche ou grève...
01 Avril 2003



Cet article se compose de 2 pages.
1 2
La fin du second trimestre 2003 n'a guère connu d'amélioration sur le plan économique mondial, bien au contraire, et le marché de l'art a pâti d'une situation jugée comme désastreuse par la plupart des professionnels.

Récession en Allemagne, recul de l'activité et grèves à n'en plus finir en France, ralentissement économique dans la plupart des pays industrialisés, la crise a forcé les entreprises à réduire leurs investissements de manière drastique tandis que le moral des ménages est resté au plus bas.

Dans les ventes aux enchères, seules les pièces rares et de qualité se vendent alors qu'on enregistre un taux d'invendus dépassant les 70% pour les objets et les oeuvres de qualité moyenne.. Ceux qui disposent de liquidités ont donc la possibilité de réaliser d'excellentes affaires tout en gardant cependant à l'esprit qu'il leur faudra conserver un temps ce qu'ils ont acheté car les espoirs de revente rapide sont minces.

La situation en France est nettement plus catastrophique qu'on ne le pense d'autant plus qu'une explosion sociale est à craindre dès septembre 2003 si une solution équitable n'est pas trouvée au sujet de l'épineux dossier des retraites autour duquel les mouvements de grève se sont greffés. Demeurent aussi le problème causé par le projet de décentralisation au sein de l'Education nationale et celui du chômage dont la courbe est ascendante.

Il y aura bien sûr une trêve entre le 14 juillet et le 14 septembre, c'est à dire durant la sacro-sainte période des vacances mais les problèmes auront sans nul doute plus d'acuité durant l'automne car il n'existe aucun espoir de reprise au plan économique dans le court terme.

De mémoire de professionnel, il n'y a jamais eu de crise aussi prolongée et grave sur le marché de l'art qu'aujourd'hui. Certes, on pourrait rappeler qu'au début des années 1930, la crise de Wall Street avait touché l'Europe de plein fouet et qu'alors plus rien ne se vendait sur le marché mais les anciens ne sont plus là pour évoquer cette fâcheuse période.

La décélération qui a fait suite à la guerre du Golfe en 1991 a eu des effets moins pernicieux que la crise actuelle laquelle s'est amplifiée dramatiquement avec la guerre en Irak au mois de mars dernier. A titre d'exemple, les journées du Carré Rive Gauche ont été désastreuses pour les marchands qui pour ainsi dire n'ont fait que se tourner les pouces. En attendant, les frais s'accumulent et de nombreux antiquaires et brocanteurs sont au bord de la faillite.

Ce n'est pas seulement le marché de l'art qui est touché mais en fait tous les secteurs de l'économie alors que l'euro fort freine les exportations, que nombre d'entreprises font du sur-place au niveau de leurs affaires et que le déficit de la Sécurité Sociale ne cesse de gonfler démesurément.

L'Europe vit actuellement au-dessus de ses moyens et l'élargissement de la CEE, dans les conditions actuelles, risque de peser encore plus lourd sur les budgets de nombreux pays. L'union fait habituellement la force mais dans le cas présent, elle se transforme en farce née de la volonté de l'Europe de constituer un bloc économique fort face à la puissance américaine. En fait, le prix à payer pour cet élargissement s'avère colossal car les pays candidats à l'union ont des besoins qui nécessitent des sacrifices de la part des principaux Etats membres dont la santé économique n'est pour l'instant guère florissante, ce qui signifie qu'ils devront s'appauvrir pour aider les moins nantis. L'élargissement de l'Europe ne peut donc être viable que dans le cadre d'une activité économique soutenue, ce qui n'est certes pas le cas aujourd'hui.

Page précédente 6/146
Retour Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon