ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Filtres
Année

Catégorie


Recherche
Rechercher dans la page Archives des News :
Rechercher dans le site :

Citation
"Si on approchait des vrais tableaux un miroir, celui-ci devrait se couvrir de buée car les vrais tableaux respirent" (Picasso)

Actuellement
Dernieres petites annonces
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
01/01: APPEL PRESSANT A DE TRES MAUVAIS PAYEURS
Demeurant dans le secteur de Charleville, M. P. C., chauffeur de taxi, et Mme M. R., ...
06/03: Patrice MURCIANO Pop Art
Collectionneur privé sur le second marché de l'art, se sépare d'une de ses deux toile...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Archives des News

Année :
74 titres
POUR UN AN 2000 FRANC
01 Janvier 2000


Cet article se compose de 2 pages.
1 2
1999 aura été une année de folie pour de nombreux artistes contemporains, modernes ou impressionnistes dont les oeuvres ont été vendues à des prix astronomiques dans les salles de vente.

Le marché de l'art s'est ainsi transformé en «marché dollars» sous l'impulsion de nouveaux acheteurs devenus riches grâce à la Bourse et aux nouvelles technologies comme l'Internet.

On veut bien admettre que Cézanne, Monet ou Seurat deviennent sans cesse plus chers du fait que leurs plus belles oeuvres sont maintenant en majorité dans des grands musées à travers la planète. On veut bien concevoir que des artistes modernes comme Picasso, Matisse et bien d'autres soient de plus en plus recherchés des amateurs tout comme des contemporains récemment disparus, ces chefs de file qu'ont été Warhol, Haring ou Basquiat qui ont transformé l'art en message visuel ou l'ont détourné pour le conjuguer avec les faits de société.

Mais peut-on accepter de voir des artistes plutôt provocateurs et possédant un sens inné de la communication, être portés au pinacle par ces nouveaux collectionneurs qui achètent des symboles de la fin du deuxième millénaire ?

Transformer la Cicciolina enlaçant la Panthère Rose de Jeff Koons en œuvre d'art mythique valant plus de onze millions de francs, c'est quelque part faire injure à l'art et à ses grands maîtres.

Cette récupération d'un animal loufoque de dessin animé associé à une star du cinéma porno a quelque chose de délirant et de surnaturel même si on peut être amené à reconnaître que ce couple kitsch en céramique se marie finalement assez bien avec le côté virtuel de l'Internet.

La consécration de Jeff Koons marque donc un début de rupture avec l'image traditionnelle du marché de l'art mais constitue aussi un plongeon dans l'inconnu.

Depuis la disparition de Picasso, le monde de l'art se cherche un nouveau grand maître et n'a réussi jusqu'à présent qu'à se trouver des artistes de transition. Certes, Warhol a joué un rôle non négligeable dans la transformation de l'art mais il a surtout été le catalyseur d'un nouveau mouvement plutôt qu'un véritable artiste en associant des symboles forts du dernier tiers du XXe siècle dans une production qui a beaucoup puisé ses racines dans la publicité dont il était issu.

Durant ces trente dernières années, l'art s'est ainsi déplacé sur le terrain du happening et des clichés de la société de consommation et on peut croire que Basquiat et Haring ont été les dignes fils de Warhol dans ce contexte alors que Picasso est resté sans descendance.

Maintenant, on risque d'entrer dans l'ère Koons qui pourrait bien être celle de l'incertitude tout simplement parce que cet artiste a quelque peu le profil d'un imposteur. Transformé en star, il finira peut-être en étoile filante. Mais le plus important est de savoir ce que deviendra au final l'art du XXIe siècle.

Face à cette question on peut adopter deux attitudes diamétralement opposées. La première est de se dire que l'art a sans cesse évolué à travers diverses révolutions subies au cours de son histoire. De plus, ces révolutions n'ont jamais été immédiatement perçues par le public et à cet égard, on peut citer en exemple l'Impressionnisme qui n'a été consacré qu'au bout de quarante ans d'existence.

Page précédente 10/74
Retour Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon