ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Filtres
Année

Catégorie


Recherche
Rechercher dans la page Archives des News :
Rechercher dans le site :

Citation
Les Japonais se régalent avec leurs sushis. Les Français dégustent avec leurs soucis (AD)

Actuellement
Dernieres petites annonces
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
01/01: APPEL PRESSANT A DE TRES MAUVAIS PAYEURS
Demeurant dans le secteur de Charleville, M. P. C., chauffeur de taxi, et Mme M. R., ...
06/03: Patrice MURCIANO Pop Art
Collectionneur privé sur le second marché de l'art, se sépare d'une de ses deux toile...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Archives des News

Année :
41 titres
ET VALSENT LES MILLIONS...
01 Décembre 1998


Cet article se compose de 2 pages.
1 2
Le mois de novembre 1998 a été fertile en prix mirobolants dans les ventes new-yorkaises de tableaux impressionnistes, modernes et contemporains chez Christie's et Sotheby's.
D'abord, il convient de souligner les triomphes de Vincent Van Gogh et de Jean-Michel Basquiat, deux artistes devenus légendaires, l'un pour avoir souffert comme un damné et l'autre, pour être mort trop tôt victime d'une overdose de drogue.

Van Gogh-Basquiat, leur malheur a fait le bonheur du marché de l'art et les délices de collectionneurs fortunés. Pour Van Gogh, il y a quelque chose de sordide dans cette récupération qui profite aux héritiers de ceux qui le firent sombrer dans la folie. Durant sa courte existence, Van Gogh n'intéressa personne, hormis le Dr Gachet qui lui assura le gîte et le couvert en échange de plusieurs toiles qui font aujourd'hui la gloire de certains musées.

Bref, son autoportrait sans barbe, datant de 1889, a été adjugé le 19 novembre pour 71 502 500 US $ (plus de 400 millions de FF), une somme qui place ce tableau en deuxième position, derrière le portrait du docteur Gachet vendu en mai 1990 pour 82,5 millions dollars, pour les prix records des oeuvres de l'artiste.

Paul Cézanne et Amédéo Modigliani, deux autres «maudits», ont aussi fait parler d'eux. Une des versions du Château Noir (vers 1904) du premier a atteint 11,5 millions dollars chez Christie's alors que le portrait de Jeanne Hébuterne, peint par le second, a grimpé jusqu'à 15,127 millions dollars chez Sotheby's trois jours plus tôt.

Il n'y a donc plus que les mythes qui incitent les amateurs à se laisser grignoter leurs tapis d'argent avec délectation.
Le mythe Basquiat devient ainsi très vorace comme on l'a constaté chez Christie's le 12 novembre. Son Autoportrait de 1982 a donné lieu à une sévère bataille d'enchères jusqu'à 3,02 millions dollars, soit plus de huit fois son estimation.

La peinture pratiquée par Basquiat, qui fait penser aux gribouillages d'enfants de quatre ans, serait-elle propre à faire perdre la maturité d' adultes responsables ?
En attendant, le marché new-yorkais impose sa loi et tient en Basquiat une locomotive toute trouvée. Mais le danger serait de la voir dérailler en cas de surchauffe. L'art contemporain est d'ailleurs le domaine le plus
«casse-gueule» qui soit car il est régi par des individus souvent influencés par des phénomènes de mode. Quand les profanes voient Brigid Polk (1971), un portrait de Gerhard Richter, atteindre 750 000 dollars ou Sommerbilder-IV de Sigmar Polke s'envoler à 662 500 dollars, ils peuvent légitimement se poser des questions étant donné qu'à ce niveau de prix on peut s'offrir une superbe œuvre de la Renaissance, du XVIIe ou du XVIIIe siècle. Cela peut rester néanmoins une affaire de goût mais le véritable amateur d'art, lui, ne peut en toute logique se limiter au contemporain. On peut donc penser qu'entre un Poussin et un Dubuffet à six millions FF, il n'y a pas trop à réfléchir comme il n'y a pas à se poser de questions entre un Modigliani et un Jasper Johns à 50 millions FF.

On signalera que le 17 novembre, quatre tableaux de Jim Dine, un enfant chéri de la spéculation des années 1980, sont restés invendus alors que les amateurs semblent maintenant sous le charme de Jeff Koons dont String of Puppies a été enlevé à 288 500 dollars. Jim Dine a été trop longtemps surmédiatisé et Koons risque de l'être autant à présent.

Page précédente 8/41
Retour Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon