ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Filtres
Année

Catégorie


Recherche
Rechercher dans la page Archives des News :
Rechercher dans le site :

Citation
La victoire est moins gaie qu'on ne le croit et la défaite moins triste qu'on ne le dit (Sénèque)

Actuellement
Dernieres petites annonces
24/07: RECHERCHE OEUVRES MAJEURES
We are a consulting firm of Art and Antiques, whose main activity is themanagement of p...
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
01/01: APPEL PRESSANT A DE TRES MAUVAIS PAYEURS
Demeurant dans le secteur de Charleville, M. P. C., chauffeur de taxi, et Mme M. R., ...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Archives des News

Année :
207 titres
La peinture ancienne se porte plutôt bien
02 Mai 2002



La vente par Christie's de la collection Anton Dreesmann à Londres et Amsterdam à partir du 10 avril 2002 a rapporté 36 millions d'euros pour des tableaux, de la verrerie, des objets d'art et du mobilier.

Ce succès, constaté à travers pas moins de cinq catalogues, est dû en grande partie à la raréfaction d'œuvres de qualité sur le marché de l'art. Il n'en reste pas moins que certaines pièces vendues n'étaient pas du meilleur aloi.

La première vente, constituée de tableaux impressionnistes et modernes, a eu lieu le 10 avril. Elle a rapporté 5,3 millions de livres sterling, grâce notamment à une petite toile de Seurat intitulée « Les Casseurs de cailloux » vendue 861 750 livres, soit au dessus de l'enchère de un million dollars enregistrée en 1996.

Un Van Dongen fauve, vendu 231 000 livres en 1987, a atteint 355 750 livres, néanmoins en dessous de son estimation de 450 000 livres alors qu'un pastel de Monet représentant le pont de Waterloo, acheté pour 118 000 livres en 1987, a été adjugé pour 284 250 livres et que « Mette endormie », une petite toile de Gauguin, a séduit un amateur pour 179 500 livres sterling au quadruple du prix enregistré en 1992.

Le 11 avril, la vente de mobilier et de porcelaines de la Compagnie des Indes de la collection Dreesmann a rapporté 2,1 millions de livres mais avec quelques couacs au programme puisque la table « à la Bourgogne » ayant appartenu au duc de Penthièvre n'a pas trouvé preneur en raison d'une estimation trop optimiste de
250 000 à 400 000 livres. Par ailleurs, une paire de chenets au «C» couronné à décor de chevaux n'a atteint que 91 750 livres alors qu'elle avait été achetée pour 286 604 euros en 1996.

Les prix pour les porcelaines ont cependant été plus soutenus comme pour un couple de colombes, un modèle rare seulement estimé entre 8 000 et 12 000 livres, qui s'est envolé à 67 550 livres alors qu'un couple de Hollandais et un autre de Chinois de la famille rose ont été respectivement vendus pour 45 825 livres et 42 500 livres.

Une paire de bois décrits comme étant du XIXe siècle et estimée seulement pour 800 livres a été acquise pour le prix surprenant de 42 300 livres par un amateur asiatique apparemment plus averti quant à son époque de fabrication.

Par ailleurs, une cage à oiseaux chanteurs du XVIIIe siècle dont la base abrite une pendule a atteint 67 550 livres.

Le 11 avril, place aux tableaux anciens et aux objets précieux, une vente qui a rapporté 7,3 millions de livres pour les premiers avec plusieurs prix records à la clé, notamment pour les peintres hollandais du XVIIe siècle Hendrick Avercamp, Adriaen Coorte et Ludolf Bakhuizen.

Le tableau « Les Patineurs sur la glace » d'Avercamp a ainsi atteint 905 750 livres mais « La Vue d'un estuaire » du même artiste n'a recueilli que 223 750 livres. On retiendra les 685 750 livres donnés pour des coquillages peints par Coorte alors que la marine de Bakhuizen a été adjugée pour 201 750 livres.

Pour les objets précieux, Christie's a enregistré un total de 2,2 millions de livres comprenant une enchère de 207 000 livres pour une boite en pierre dure à monture d'or de Neuber et 141 250 livres pour une boite italienne, ces deux pièces avaient été vendues pour 176 000 francs suisses et 223 500 francs suisses en 1988 et 1997.

Une boite émaillée par Jean Ducroillay, vendue en 1982 pour 30 240 livres et 152 000 francs suissesen 1995, a atteint 91 750 livres tandis qu'un automate en forme de souris fabriqué à Genève au début du XIXe siècle a recueilli 58 750 livres.

La dernière vente, organisée à Amsterdam cette fois, a totalisé 8,6 millions d'euros. Parmi les lots adjugés, à signaler une coupe sur pied en argent provenant de la collection du duc de Hamilton par l'orfèvre Van Vianen, enlevée à 710 750 euros et un bol, vendu à 468 750 euros.

Ces ventes ont donc tenu toutes leurs promesses alors que le marché marche plutôt au ralenti depuis quelques mois. Toutefois, chaque fois que des pièces intéressantes apparaissent dans les ventes, on peut être sûr que les enchères seront conséquentes.

Page précédente 38/207
Retour Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon