ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page Sculptures :
Rechercher dans le site :

Citation
A trop peindre des coqs, certains artistes finissent par avoir un style trop en poulet (AD)

Actuellement
Dernieres petites annonces
06/03: Patrice MURCIANO Pop Art
Collectionneur privé sur le second marché de l'art, se sépare d'une de ses deux toile...
21/09: AQUARELLE DE L'ARTISTE ANDRE HUPET
A vendre aquarelle de l'artiste belge André Hupet (1922/1993) réalisée en1991...
13/02: OEUVRES CONFIEES NON RESTITUEES
Des oeuvres confiées en décembre 2015 et janvier 2016 à R. Martiniani, un marchand ...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Sculptures

FAUX RODIN : L'AFFAIRE CONTINUE par Adrian Darmon
Le marchand Guy Hain, condamné en première instance par le tribunal correctionnel de Lure à quatre ans de prison ferme et 200 000 FF d'amende pour avoir produit des faux bronzes de Rodin, a décidé de faire appel de ce jugement prononcé le 28 février dernier. Guy Hain, prétend que les bronzes considérés comme des faux, qu'il a fait tirer à la fin des années 1970 et durant les années 1980, ont été produits en toute légalité puisque l'Å"uvre de l'artiste était tombée dans le domaine public en 1982.

C'est à la suite d'une plainte du musée Rodin que le marchand s'est retrouvé poursuivi devant le tribunal lequel a eu à juger si les tirages produits par ce dernier étaient des faux. Le musée, qui fort du legs Rodin, s'est autorisé à tirer de nouvelles épreuves en bronze des sculptures de l'artistes et ce, jusque durant ces derniers temps. Une telle pratique a été dénoncée par Guy Hain qui a prétendu que le musée lui-même diffusait des tirages illicites.

Il est de fait que Guy Hain ne s'est pas contenté de reproduire des bronzes de Rodin et qu'il s'est permis de remplacer les poinçons de Georges Rudier qui avait hérité de la fonderie où les bronzes étaient tirés du vivant de l'artiste, par celui plus prestigieux d'Alexis Rudier, le fondeur attitré de Rodin. Le marchand s'est défendu en arguant du fait que les deux noms de Rudier étaient exploités par lui-même. Plusieurs pièces tirées par le marchand d'art étaient passées dans des ventes publiques et avaient atteint des prix conséquents à Paris et à Rambouillet.

Par ailleurs, le tribunal a ordonné que 200 pièces, dont de nombreux plâtres originaux, devaient être remises au musée. Si Guy Hain gagnait en appel, les dispositions légales en matière de reproduction de bronzes, qui restent encore très floues aujourd'hui, devront alors être certainement revues.

FAUX RODIN: SUITE ET FIN

FAUX BRONZES DE RODIN : GUY HAIN LOURDEMENT CONDAMNE

La cour d'appel de Besançon a condamné à la fin du mois de juin 2001 le marchand Guy Hain, accusé de contrefaçon concernant des bronzes portant les signatures de Rodin, Claudel, Maillol ou Pompon, à quatre ans de prison ferme et à une amende de deux millions FF.

La cour a en outre ordonné la confiscation de toutes les Å"uvres litigieuses saisies par la police à la suite d'une longue enquête et a rejeté toutes les demandes du prévenu, notamment celle portant sur l'expertise effectuée à la demande de la justice.

Les commissaires-priseurs Faure et Rey, dont l'étude se trouve à Rambouillet, qui avaient vendu de nombreux bronzes présentés par Guy Hain, ont été pour leur part relaxés.

Guy Hain, qui aurait écoulé plus de six mille bronzes litigieux sur le marché durant plusieurs années, a de surcroît été condamné à verser des dédommagements conséquents aux parties civiles.

Page précédente
Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon