ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page Peintures :
Rechercher dans le site :

Citation
Pour écrire sur l'art, il faut au moins avoir l'art d'écrire (AD)

Actuellement
Dernieres petites annonces
13/02: OEUVRES CONFIEES NON RESTITUEES
Des oeuvres confiées en décembre 2015 et janvier 2016 à un marchand domicilié à La Seyn...
24/12: VOL DE DEUX GRAVURES DE LA FIN DU XVE SIECLE
Deux gravures sur vélin provenant d'un incunable de la fin du XVe siècle, l'une repré...
08/11: LES OEUVRES DE JORGE GALEGO EN DIRECT !
Achetez DIRECTEMENT à l'Artiste! Pourquoi payer trop cher des oeuvres contem...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Peintures

Ces dossiers réalisés par nos spécialistes vous permettront de découvrir, aussi bien au travers d'entretiens avec des peintres renommés que par des rétrospectives sur un genre ou courant, les trésors de la peinture au fil du temps.
DE LA COULEUR EN PEINTURE

L'observation scientifique des œuvres d'art et leurs analyses en laboratoire ont permis de découvrir certains des secrets des artistes des siècles passés.

Ces analyses ont permis de faire d'étonnantes constatations comme celles concernant les peintures rupestres de la grotte de Niaux.

On croyait que les artistes de l'époque magdalénienne utilisaient des colorants naturels et bruts. Or, ils avaient en fait créé leurs couleurs, notamment le rouge et le noir, en utilisant de l'hématite et de l'oxyde de manganèse qu'ils liaient à des matières organiques d'origine animale ou végétale. Ils surent donc très tôt extraire les nuances des oxydes de fer et les chauffer pour obtenir des teintes appropriées.

Les hommes de la préhistoire, puis les Egyptiens et les Grecs excellèrent dans l'art de broyer les pigments. On a pu découvrir en laboratoire les secrets de la fabrication des céramiques antiques en notant que le vernis noir des poteries grecques était produit à base d'alumine, de potassium et de fer.

On a analysé au laboratoire de recherche des Musées de France les œuvres de Rembrandt et déterminé la manière dont il obtenait ses effets de transparence en utilisant à la place du blanc de plomb un calcaire spécial (lowitt) mélangé à de l'huile de noix.

Van Gogh utilisait pour sa part un rouge à base d'éosine de médiocre qualité qui a disparu progressivement de ses œuvres. On l'a retrouvé en pistant le brome qui entre dans sa composition.

On peut alors mieux expliquer les effets chromatiques des tableaux de cet artiste qui ne sont plus les mêmes cent ans plus tard.

La science a permis ainsi d'énormes progrès qui serviront aux restaurateurs à la recherche des meilleures recettes pour restituer les œuvres dans leur état d' origine mais certains mystères n'ont pas été encore élucidés, surtout dans le cas de tableaux détériorés par le temps.

Toutefois, la science, alliée à l'œil du spécialiste, peut énormément servir lorsqu'il s'agit d'éviter des erreurs tant au niveau de la restauration que de l'expertise. On a pu notamment lever le voile au sujet d'œuvres peintes par les artistes russes Mihaïl Larionov et Natalia Gontcharova qui étaient censées dater de 1905.

Il a suffi de révéler la présence de blanc de titane, introduit dans la production de tableaux vers 1920, pour se convaincre qu'elles avaient été produites après cette année là à Paris simplement parce que cet oxyde n'était pas du tout employé par les artistes du début de ce siècle.

Page précédente 15/25
Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon