ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page News :
Rechercher dans le site :

Citation
Face à une conjoncture, il ne faut pas se perdre en conjectures (Adrian D.)

Actuellement
Dernieres petites annonces
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
01/01: APPEL PRESSANT A DE TRES MAUVAIS PAYEURS
Demeurant dans le secteur de Charleville, M. P. C., chauffeur de taxi, et Mme M. R., ...
06/03: Patrice MURCIANO Pop Art
Collectionneur privé sur le second marché de l'art, se sépare d'une de ses deux toile...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

News

L'intégralité des nouvelles 2008, 2009, 2010 , 2011 et 2012

Par ailleurs, ArtCult met à votre disposition l'intégralité des news depuis sa création dans la rubrique archive.magazine

Partenaire de: envoyersms.biz






                                       Contactartcult@wanadoo.fr

Page précédente 5/1921
Retour
LA VENTE DU DESSIN DE SAINT SEBASTIEN PAR VINCI REPORTEE
12 Juin 2019
Catégorie : Marché

Prévue pour le 19 juin, la  mise en vente du dessin de Léonard de Vinci  montrant au recto le martyre de Saint-Sébastien découvert par la maison de ventes Tajan, au recto le Martyr de saint Sébastien, a été reportée à l'automne, ses propriétaires du dessin s'étant ravisés en souhaitant attendre l'expiration du délai de trente mois (25 juillet) durant lequel l'œuvre était interdite de sortie du territoire français..

 

Quoi qu'il en soit, la vente coïncidera ainsi avec le démarrage de l'exposition du Musée du Louvre consacrée à Léonard de Vinci qui se tiendra du 24 octobre prochain au 24 février 2020.

A peine croyable, la découverte avait été faite chez Tajan à la suite de la visite d'un médecin à la retraite, fils d'un bibliophile, qui venait de présenter un portefeuille de 14 dessins dont l'un d'eux au crayon et à l'encre avec l'inscription « Michel-Ange » sur le montant qui s'était révélé être de la main d'un artiste gaucher et plus précisément de Vinci.

Au recto de la feuille, figuraient deux petits dessins à l'encre, d'une tout autre nature : des études de la géométrie de la projection des ombres sur un mur avec, très pâles, des inscriptions qui rappelaient l'écriture inversée dont Léonard usait pour protéger ses travaux des indiscrets.

Le dessin fut soumis à Carmen C. Bambach. Conservatrice au Metropolitan Museum de New York, qui avait participé à l'exposition « Leonardo da Vinci ­Master Draftman » organisée dans ce musée en 2003 où elle avait commenté à cette occasion les deux dessins de saint Sébastien de Léonard ­connus, conservés l'un à la Kunsthalle de Hambourg, l'autre au Musée Bonnat de Bayonne. Or, dans le Codex Atlanticus, dressant l'inventaire de ses travaux, l'artiste en mentionnait huit.

Carmen Bambach fut convaincue de son authenticité et publia en janvier 2017 une étude dans laquelle elle attribuait à Léonard cette étude en replaçant les deux croquis géométriques et les annotations qui les accompagnaient parmi les expériences d'optique de Léonard.Elle proposa pour datation les années 1478-1483, fin de la première période florentine de l'artiste en disposant pour cela d'un ensemble d'indices à l'évidence très consistant, de l'intérêt de Léonard pour le sujet – huit fois repris donc – à la puissance expressive de l'anatomie et aux schémas et notes au recto. Dans un communiqué, le Met fit siennes ses conclusions en se réjouissant de cette redécouverte

Pour sa part, le Louvre fit examiner la feuille, abîmée dans sa partie supérieure et restaurée, par Xavier Salmon,son directeur du département des arts gra­phiques, et Dominique Cordellier, le conservateur chargé des XVeet XVIsiècles français et italiens en faisant également procéder à des examens scientifiques sans donner un avis formel, 

Il fut néanmoins constaté que l'artiste avait montré le martyr avant qu'il ait été transpercé de flèches par les archers de Dioclétien, ce qui était une singularité par rapport à la tradition iconographique qui le représentait d'ordinaire blessé en plusieurs points. L'arbre auquel il était attaché était dessiné avec netteté, alors que le paysage était tout juste indiqué.

Convaincus de l'attribution à Léonard, les experts de Tajan avaient estimé sa valeur à 15 millions d'euros en demandant au ministère de la culture le passeport nécessaire à la vente à l'étranger sans encore avoir reçu de réponse à ce jour.

Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon