ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page News :
Rechercher dans le site :

Citation
"Restaurer, c'est rétablir dans un état complet ce qui peut n'avoir jamais existé à un moment donné" (Viollet-le-Duc)

Actuellement
Dernieres petites annonces
24/07: RECHERCHE OEUVRES MAJEURES
We are a consulting firm of Art and Antiques, whose main activity is themanagement of p...
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
01/01: APPEL PRESSANT A DE TRES MAUVAIS PAYEURS
Demeurant dans le secteur de Charleville, M. P. C., chauffeur de taxi, et Mme M. R., ...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

News

L'intégralité des nouvelles 2008, 2009, 2010 , 2011 et 2012

Par ailleurs, ArtCult met à votre disposition l'intégralité des news depuis sa création dans la rubrique archive.magazine

Partenaire de: envoyersms.biz






                                       Contactartcult@wanadoo.fr

Page précédente 23/1936
Retour
PLUS DE 50.000 ŒUVRES PRÊTEES PAR L'ETAT ONT DISPARU
05 Juin 2019
Catégorie : News

Sur les 500.000 pièces prêtées par l'Etat à des institutions, 10% manquent à l'appel, selon un inventaire publié par la commission de récolement des dépôts d'oeuvres d'art.

On savait déjà depuis des décennies que nombre d'objets et tableaux avaient disparu d'ambassades, de préfectures, de mairies, de musées, d'universités et autres bâtiments officiels, comme en 2017 au musée Masséna de Nice où 2466 pièces, soit un quart de ses collections, manquaient à l'appel, a rapporté le journal Corse-Matin qui a indiqué que seulement 366 ont été depuis retrouvées alors que 61 autres avaient été simplement volées.

Ce constat est accablant et procure un travail considérable à l'Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC) qui ne dispose que de 28 enquêteurs pour traquer non seulement ces objets mais faire aussi la chasse aux faussaires, voleurs, receleurs ou escrocs sévissant sur le marché de l'art en se voyant parfois confier des enquêtes sur des plaintes qui n'ont pas vraiment de bases solides et lui font perdre du temps.

Au début 2019, la Commission de récolement des dépôts d'œuvres d'art (CRDOA) a  publié la synthèse nationale de vingt ans d'opérations d'inventaire menées par les dépositaires (Centre des monuments nationaux, Centre national des arts plastiques, manufacture nationale de Sèvres, Mobilier national, Service des musées de France, musée de l'Armée et musée national de la Marine) auprès des structures à qui des œuvres avaient été confiées 50 ou 100 ans plus tôt.

Ainsi, rien qu'à l'Elysée, un millier de meubles, céramiques ou tableaux manquent à l'appel alors que le réseau des ambassades de France n'a pu localiser  60% des 110 000 œuvres dont il avait la garde. En fait, des milliers d'œuvres ont mal été inventoriées pour finir par disparaître sans que personne ne s'en aperçoive et réapparaître parfois dans des ventes aux enchères, comme cela a été le cas il y a deux ans pour de la vaisselle provenant du ministère de l'Intérieur alors que certains hauts fonctionnaires se sont montrés indélicats, à l'image de l'ancienne préfète de Lozère, condamnée en 2011 à un an de prison ferme pour avoir subtilisé des meubles et tableaux de son logement de fonction.

On a également constaté que certains dépositaires des biens confiés les déplaçaient sans autorisation comme au musée des Beaux-Arts de Marseille où, sur 125 œuvres déposées, 24 ont été transférées vers d'autres site sans accord alors que 53 autres avaient été confiées à d'autres musées pour finir dans les réserves.

Pour sa part, le Centre national des arts plastiques recherche toujours deux portraits impériaux déposés à la sous-préfecture d'Arles ou La Vierge et l'enfant Jésus, d'Emile Charles Joseph Loubon, une huile sur toile confiée à la maison d'arrêt des Baumettes, et s'apprête à porter plainte au sujet d'une décoration picturale introuvable à la fac de médecine du Pharo, d'un buste de Louis Adolphe Thiers déposé au musée Cantini retrouvé au Lycée portant le nom de l'homme politique du 19e siècle, d'une huile de Jacques Thévenet, Boodle's Club, prêtée au même musée. Au musée des Beaux-Arts, il recherche encore Les Oliviers à Cassis, une toile de Maurice Crozet ainsi que Prométhée enchaîné, un tableau d'Emile Jean-Baptiste Bin.

Le Service des musées de France a de son côté déposé 94 plaintes dans les Bouches-du-Rhône, notamment pour une marine de Raoul Dufy, recherchée au musée Cantini, deux peintures déposées par le musée du Louvre au musée des Beaux-Arts (Le départ de Léonidas d'Auguste Couder et Nymphes à la fontaine, de Charles Le Brun) alors que six œuvres sont recherchées au musée Granet d'Aix-en-Provence et 14 autres à la mairie de Marseille.

L'OCBC a donc du pain sur la planche sachant que le trafic d'œuvres d'art est le troisième plus important au monde après celui des armes et des contrefaçons en étant estimé entre 3 et 8 milliards d'euros par an alors que 75% des enquêtes sont liées à la délinquance économique et financière sur le marché de l'art, inondé de faux et fréquenté par des individus adeptes de l'escroquerie et du blanchiment d'argent.

Travaillant de concert avec Interpol, le groupe compulse des catalogues de vente et surfe quotidiennement sur Internet pour repérer les faux qui pullulent sur des sites comme E-Bay ou le Bon Coin, souvent grossiers et proposés à des prix défiant toute concurrence, une tâche fastidieuse par rapport à la traque de faussaires chevronnés qui proposent leurs plagiats pour des sommes conséquentes alors que les vols ne concernent que 25% des affaires traitées par 28 enquêteurs, un contingent bien faible vis-à-vis des Italiens qui disposent d'un service de 200 policiers spécialisés notamment dans le pillage de sites archéologiques.

Chargé de retrouver les œuvres prêtées par l'Etat qui ont disparu, le service a déjà fort à faire avec les escroqueries et les plagiats réalisés dans les pays de l'Est qui aboutissent sur le marché français via des sites de vente sur Internet où nombre d'acheteurs sont dupés tandis que plusieurs vols dans des musées français et étrangers n'ont pu être résolus, comme pour les 5 tableaux de Picasso, Matisse, Braque, Modigliani et Léger estimés à 100 millions d'euros qui avaient été dérobés au musée d'Art moderne de la Ville de Paris dans la nuit du 19 au 20 mai 2010, et dont le voleur a prétendu après son arrestation qu'il les avaient détruits alors que la Nativité avec saint François et saint Laurent du Caravage, volée en octobre 1969 dans l'oratoire de San Lorenzo à Palerme (Sicile) n'a jamais été retrouvée tout comme les œuvres importantes du musée Isabella Stewart Gardner de Boston emportées en 1990 par des malfaiteurs, soupçonnés par le FBI d'être liés à la mafia.

Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon