ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page News :
Rechercher dans le site :

Citation
«La langue qui fourche fait plus de mal que le pied qui trébuche.» Proverbe africain.

Actuellement
Dernieres petites annonces
06/03: Patrice MURCIANO Pop Art
Collectionneur privé sur le second marché de l'art, se sépare d'une de ses deux toile...
21/09: AQUARELLE DE L'ARTISTE ANDRE HUPET
A vendre aquarelle de l'artiste belge André Hupet (1922/1993) réalisée en1991...
13/02: OEUVRES CONFIEES NON RESTITUEES
Des oeuvres confiées en décembre 2015 et janvier 2016 à R. Martiniani, un marchand ...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

News

L'intégralité des nouvelles 2008, 2009, 2010 , 2011 et 2012

Par ailleurs, ArtCult met à votre disposition l'intégralité des news depuis sa création dans la rubrique archive.magazine

Partenaire de: envoyersms.biz






                                       Contactartcult@wanadoo.fr

Page précédente 18/1751
Retour
UNE BIENNALE DE PARIS A LA RECHERCHE D'UN NOUVEAU SOUFFLE
12 Septembre 2017
Catégorie : News

Devenue désormais annuelle, la Biennale des antiquaires s'est ouverte le 11 septembre 2017 jusqu'au 17 avec l'espoir de trouver un nouveau souffle après avoir été déstabilisée par les affaires de faux meubles du 18e siècle auxquelles ont été mêlés certains de ses grands exposants ainsi que par une désaffection croissante des acheteurs étrangers

La dernière édition n'avait attiré que 30 000 visiteurs contre 75 000 en 2014 à cause du climat ambiant en France qui avait suivi l'attentat de Nice en laissant à son organisateur un passif de plus de deux millions d'euros, ce qui n'était jamais arrivé auparavant. Maintenant, il a fallu repartir pratiquement de zéro pour redonner vie à cette manifestation rebaptisée Biennale Paris qui n'a compté que 93 exposants, soit 32 de moins qu'en 2016 avec moins d'étrangers alors que la foire de la TEFAF à Maastricht en a attiré 275 pour démontrer qu'elle a énormément perdu de son lustre en se privant par ailleurs de nombre de galeries de joaillerie qui  faisaient  auparavant en grande partie son succès.

Cette année, les acheteurs Américains se feront sans doute encore discrets alors que les exposants ont mis l'accent sur le classique et le dynamisme sous la nef du Grand Palais avec quelques pièces de choix, comme une toile de Picasso datée de 1963 montrant un paysage anthropomorphe présentée par la galerie Hélène Bailly ou un ensemble de quatre tapisseries commandées par Colbert à la Manufacture Royale des Gobelins  exécutées par les plus grands lissiers de leur époque entre 1665 et 1673 à partir des Chasses de Maximilien d'après des cartons du peintre flamand Barend Van Orley.

Les visiteurs auront pu admirer des pièces antiques sur le stand de la galerie Kevorkian, deux oeuvres de Magritte sur celui  de la  Boon Art Gallery et quelques pièces intéressantes présentées par les galeries Berès, Tamenaga, Richard Green, La Présidence et celles exposant des tableaux anciens mais dans l'ensemble, ils seront peut-être restés sur leur faim car la renaissance de la Biennale ne se fera pas du jour au lendemain.

Christopher « Kip » Forbes, le président de ce nouveau concept dont le nom est associé au prestigieux magazine portant son nom, s'est toutefois montré résolument optimiste en affirmant que La Biennale Paris restait la foire la plus importante dans son domaine en France et l'une des plus importantes au monde. Connu pour être un grand collectionneur, le milliardaire américain qui a succédé à Henri Loyrette, l'ancien président du Louvre, s'est donc mis en tête de redorer le blason de la Biennale  à travers une sélection rigoureuse des 5000 pièces présentées par ses exposants, dont 33 venus de l'étranger.

 

Le clou de la manifestation a été l'exceptionnelle exposition de pièces issues de la collection Barbier-Mueller d'art africain et océanien, qui s'est déployée dans deux salles de 110 m² chacune, situées aux deux extrémités du Grand Palais, ce qui a permis aux visiteurs d'admirer un exceptionnel masque Hongwe, collecté au Congo français en 1917 avec à  ses côtés, un magnifique petit masque kwele ayant appartenu à Tristan Tzara, un tabouret royal du Cameroun, des éditions originales des XVIIe et XVIIIe siècles, des tableaux de Georg Baselitz et d'Élisabeth Vigée Le Brun, des casques japonais dits « kawari kabuto » ou une Woman in Tub signée Jeff Koons, fruits du goût de Josef Mueller et de ses successeurs qui ont joué un rôle majeur sur le marché de l'art.

 

Il a fallu aussi veiller à assurer une présentation de pièces ne souffrant pas de contestation possible avec l'aide d'experts de premier plan et du laboratoire français ArtAnalysis car la réputation de cet événement ne pouvait certainement se retrouver soumise à un  nouveau scandale après ceux de faux meubles du 18e siècle, des manuscrits vendus par la Sté Aristophil tombée en déconfiture, des tableaux de grands maîtres anciens bidouillés ou des carnets douteux de Van Gogh sortis en 2016. Autant dire que l'écrémage a été sévère.

 

La Biennale a donc tenté de retrouver un nouvel élan avec l'espoir pour ses organisateurs de redonner à Paris une dimension internationale dans le but de renverser enfin la vapeur après avoir failli prendre l'eau. Avec Christopher Forbes à la barre pour faire voguer les grands marchands parisiens vers la voie du succès dans un décor imaginé et conçu par Nathalie Crinière, la route reste pour elle encore pavée d'embûches dans une ville à peine réveillée des vacances, confrontée d'emblée à des manifestations contre la Loi travail et à des menaces persistantes d'attentats.

Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon