ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page News :
Rechercher dans le site :

Citation
Les peintres fauves ne jouèrent avec les couleurs pures que durant à peine une décennie pour ensuite ne produire hélas que du dégriffé (AD)

Actuellement
Dernieres petites annonces
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
01/01: APPEL PRESSANT A DE TRES MAUVAIS PAYEURS
Demeurant dans le secteur de Charleville, M. P. C., chauffeur de taxi, et Mme M. R., ...
06/03: Patrice MURCIANO Pop Art
Collectionneur privé sur le second marché de l'art, se sépare d'une de ses deux toile...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

News

L'intégralité des nouvelles 2008, 2009, 2010 , 2011 et 2012

Par ailleurs, ArtCult met à votre disposition l'intégralité des news depuis sa création dans la rubrique archive.magazine

Partenaire de: envoyersms.biz






                                       Contactartcult@wanadoo.fr

Page précédente 51/1825
Retour
UN SOUTERRAIN REMPLI DE GRAVURES DES TEMPLIERS EN ANGLETERRE
25 Avril 2017
Catégorie : Sélectionnez une catégorie


Un souterrain creusé dans la craie à Royston (Hertsfordshire) intrigue depuis 250 ans les chercheurs qui y ont trouvé des dizaines de gravures réalisées sur ses murs, vraisemblablement par des Templiers au Moyen-Âge.

Fondé lors du concile de Troyes en 1129 par Hugues de Payns, un chevalier de la région de la Champagne, et huit de ses compagnons à partir d'une milice appelée les Pauvres chevaliers du Christ et du Temple de Salomon, l'ordre des Templiers était devenu puissant au fil des ans en défendant notamment les pèlerins qui se rendaient en Terre Sainte durant les 12e et 13e siècles au point de provoquer la jalousie de l'Eglise et du roi de France Philippe le Bel.

Parmi les gravures, figure un symbole de leur ordre montrant deux chevaliers à cheval ainsi que des scènes du Calvaire du Christ, de la Sainte Famille et du Saint Sépulcre ainsi que des personnages difficilement identifiables, peut-être des saints ou des martyrs recouverts de nombreux graffiti.

Longtemps oubliés après l'exécution en France le 12 mai 1310 de ses chefs accusés de d'hérésie et de sorcellerie, l'ordre avait essaimé à travers l'Europe en participant activement à nombre de batailles qui eurent lieu lors des croisades et de la reconquête ibérique avant d'être remis à l'honneur lors de la parution du célèbre livre "Da Vinci Code" en suscitant bien des légendes à son sujet, notamment celle du fameux Graal qui serait caché quelque part en Grande-Bretagne où ce souterrain fut découvert par accident en 1742..

Interlocuteur financier privilégié des puissances de l'époque, celui-ci fut amené à mener des transactions sans but lucratif avec certains rois avant d'être victime de la lutte entre la papauté et Philippe le Bel et d'être dissous par le pape Clément V le 13 mars 1312 à la suite d'un procès en hérésie.

En prêchant la première croisade le 27 novembre 1095, le  pape Urbain II avait oeuvré en faveur de la création d'un corps armé pour protéger les pèlerins chrétiens qui se rendaient à Jérusalem qui fut conquise quatre ans plus tard par les troupes de Godefroy de Bouillon.

Futur fondateur et premier maître de l'ordre du Temple, Hugues de Payns était venu pour la première fois en Terre Sainte en 1104 avant de revenir en 1107 et d'y retourner en 1114 en compagnie de Hugues de Champagne pour assurer la protection du tombeau du Christ.

Après la prise de Jérusalem, Godefroy de Bouillon avait mis en place l'ordre des chanoines du Saint-Sépulcre avec l'assistance de certains hommes d'armes réunis au sein d'une milice, dont Hugues de Payns qui l'intégra en 1115 avant de donner naissance avec Godefroy de Saint-Omer à l'ordre des Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon le 23 janvier 1120  en parvenant ensuite à convaincre le roi de Jérusalem Baudouin II de son utilité pour se faire octroyer une partie de son palais situé à l'emplacement de la mosquée d'Al Aqsa mais qui était appelé à tort "Temple de Salomon".

Ce fut ainsi que l'ordre des Templiers fut créé par de Payns, Saint-Omer, André de Montbard, Payen de Montdidier, Geoffroy Bisol, Rolland, Archambault de Saint-Amand et Gondemare avant que certains d'entre eux embarquent pour l'Occident en 1127 pour délivrer un  message au pape Honorius II afin de le faire reconnaître par l'Eglise et lui donner une règle ainsi qu'une légitimité pour ses actions.

Fort de nombreux soutiens, dont celui de Bernard de Clairvaux qui fit son éloge, l'ordre suscita une grande ferveur et une reconnaissance générale qui lui permit de prospérer en jouissant de privilèges accordés par le pape  Innocent II dès 1139 pour entraîner des conflits d'intérêts entre les Templiers et les évêques ou curés.

Autorisés à construire leurs  propres oratoires et de disposer d'une totale indépendance vis-à-vis du clergé séculier grâce au droit de percevoir des dîmes et d'enterrer leurs morts dans leurs propres cimetières, les Templiers, dont la règle s'inspirait en majeure partie de celle de saint Benoît, n'eurent cependant pas de devise mais toutefois la faculté de recruter des candidats pauvres âgés de plus de 18 ans, célibataires, non endettés, en parfaite santé mentale et physique, probes, libres et non excommuniés.

Les Templiers étaient organisés comme un ordre monastique, suivant la règle créée pour eux par Bernard de Clairvaux. Dans chaque pays était nommé un maître qui dirigeait l'ensemble des commanderies  et dépendances et tous étaient sujets du maître de l'ordre, désigné à vie, qui supervisait à la fois les efforts militaires de l'ordre en Orient et ses possessions financières en Occident.

À tout moment, chaque chevalier avait environ dix personnes à sa disposition. Quelques frères seulement se consacraient aux opérations bancaires (spécialement ceux qui étaient éduqués), car l'ordre eut souvent la confiance des participants aux croisades pour la bonne garde de marchandises précieuses. Cependant, la mission première des Chevaliers du Temple restait la protection militaire des pèlerins de Terre sainte.

L'expression « grand maître » pour désigner le chef suprême de l'ordre apparut à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle dans des chartes tardives et dans les actes du procès des Templiers avant d'être reprise et popularisée par certains historiens des XIXe et XXe siècle 

En Occident comme en Orient, les hauts dignitaires étaient appelés maîtres des pays ou provinces : il y avait donc un maître en France, un maître en Angleterre, un maître en Espagne ou ailleurs. Aucune confusion n'était possible puisque l'ordre n'était dirigé que par un seul maître à la fois, celui-ci demeurant à Jérusalem, en en comptant  au total23 de 1129 à 1312.

L'ordre du Temple aida exceptionnellement les rois en proie à des difficultés financières. À plusieurs reprises dans l'histoire des croisades, les Templiers renflouèrent les caisses royales momentanément vides (croisade de Louis VII), ou payèrent les rançons de rois faits prisonniers (croisade de Louis IX).

En Orient comme en Occident, l'ordre du Temple était en possession de reliques en étant parfois amené à les transporter pour son propre compte ou  pour autrui. Les chapelles des Templiers abritaient les reliques des saints auxquelles elles étaient dédiées. Parmi les plus importantes reliques de l'ordre se trouvaient le manteau de saint Bernard, des morceaux de la couronne d'épines et des fragments de la vraie Croix.

Afin d'assurer le transport des biens, des armes, des frères de l'ordre, des pèlerins et des chevaux, l'ordre du Temple avait fait construire ses propres bateaux. Il ne s'agissait pas d'une flotte importante, comparable à celles des xive et xve siècles, mais de quelques navires qui partaient des ports de Marseille, Nice, Saint-Raphaël, Collioure ou Aigues-Mortes ou de ports italiens et les commanderies situées dans les ports jouaient donc un rôle important dans les activités commerciales de l'ordre dont les navires s'appelaient notamment. Le Templère, le Buscart, le Buszarde du Temple qui vers 1230 assuraient des liaisons en direction de  l'Angleterre,La Bonne Aventure (en 1248) , la Rose du Temple navigant à partir de  Marseille entre 1288 et 1290,L'Angellica en Italie du sud, Le Faucon (entre 1291 et 1301)  ainsi que La Santa Anna en 1302 à Chypre.

Devenus chambriers du pape pour certains, les Templiers se virent accorder le droit de porter la  croix pattée sur l'épaule gauche en 1147 par Eugène III, laquelle devint leur insigne issu de celle de l'ordre du Saint-Sépulcre, la couleur rouge rappelant le sang versé par le Christ.

Pour équiper son armée, l'ordre du Temple fournissait trois chevaux à chacun de ses chevaliers dont l'entretien était assuré par un écuyer et ceux-ci devaient être harnachés de la plus simple manière exprimant le vœu de pauvreté alors que quatre montures étaient fournies à tous les hauts dignitaires.

Les croisés dans leur ensemble étaient perçus par les Arabes comme des barbares ignorants parfois même accusés de cannibalisme, ce qui n'était pas le cas des Templiers considérés par leurs ennemis comme les plus redoutables mais aussi les plus tolérants vis-à-vis de leur culte.

Militairement, les Templiers étaient des soldats d'élite. Faisant preuve d'un grand courage, ils subirent souvent de lourdes pertes, notamment à la bataille d'Ascalon en 1153 ou en 1187 lorsque Saladin vainquit les croisés à Hattin, près de Tibériade, en faisant 15 000 prisonniers et en exécutant tous les Templiers en dehors de Gérard de Ridefort, leur grand maître qui, deux ans plus tard, fut capturé à nouveau et décapité devant Acre pour être remplacé par Robert de Sablé qui mena les troupes de Richard Coeur de Lion au combat en parvenant à mettre l'armée de Saladin en déroute.

Le 8 février 1250, désobéissant aux ordres de son frère Louis IX, le comte Robert 1er d'Artois voulut attaquer les forces égyptiennes à Mansourah malgré les protestations des Templiers qui lui recommandaient d'attendre le gros de l'armée royale. Les Francs s'emparèrent de la cité mais furent massacrés par les troupes musulmanes qui tuèrent 295 Templiers. Celles du roi de France réussirent à les anéantir avant que celui-ci ne soit capturé puis libéré contre une rançon payée par les Templiers à l'issue d'une défaite désastreuse pour la chrétienté.

Exerçant une activité économique, commerciale et financière pour payer les frais inhérents au fonctionnement de l'ordre et les dépenses de leurs activités militaires en Orient, les Templiers prêtaient de l'argent à toutes sortes de personnes ou institutions : pèlerins, croisés, marchands, congrégations monastiques, clergé, rois et princes. Ils inventèrent ainsi le bon de dépôt, appelé plus tard lettre de change, et devinrent des banquiers en gardant de l'argent, des bijoux et des documents qui leur étaient confiés par les pèlerins ou des nobles de passage.

Les commanderies de Paris ou de Londres  servaient de centres de dépôts pour la France et l'Angleterre. Au moment de l'arrestation des Templiers en 1307, un seul coffre  important fut retrouvé, celui du visiteur de France Hugues de Pairaud dont le contenu fut confisqué par le roi pour rejoindre les caisses royales

La suppression de l'ordre par Philippe le Bel n'eut cependant pour objectif de récupérer le trésor des templiers car le trésor du Temple était bien inférieur à celui qu'il détenait puisqu'il avait résolu ses difficultés financières en essayant d'établir des impôts  réguliers, en taxant lourdement les juifs et les banquiers lombards, parfois en confisquant leurs biens et en pratiquant des dévaluations monétaires.

Auparavant, Louis VII avait laissé le trésor royal à la garde des Templiers de Paris en partant en 1146 pour la 2e Croisade et ses successeurs firent confiance aux trésoriers de l'ordre tout comme Henri II d'Angleterre qui compta de nombreux conseillers parmi leurs rangs.

À la suite de la perte d'Acre par les chrétiens en 1291,  le siège de l'ordre fut transféré à Chypre où vivait Jacques de Molay, son dernier maître qui fut arrêté à son retour en France, tandis que les Templiers avaient fait construire de nombreuses forteresses à travers l'Europe, notamment au Portugal, en Espagne où ils combattirent les musulmans mais aussi en Europe de l'Est pour lutter contre les païens, après en avoir tenu quatre dans le royaume de Jérusalem.

Leurs commanderies furent bien plus nombreuses en servant de base arrière afin de financer leurs activités et d'assurer le recrutement et la formation militaire des frères qui souvent faisaient des dons au Temple, tout comme des nobles et des souverains qui offraient aussi des biens fonciers. Des commanderies essaimèrent en France, en Angleterre, en Espagne, au Portugal, en Ecosse, en Irlande, en Pologne, en Hongrie, en Allemagne, en Italie, dans les Flandres ou les Pays-Bas et même en Orient mais la plupart furent détruites après l'extinction de l'ordre.

La perte de Saint-Jean-d'Acre, qui entraîna celle de la Terre Sainte, marqua le début de la déchéance de l'ordre qui s'était replié à Chypre. Ne pouvant plus protéger les pèlerins, sa raison d'être cessait donc d'exister tandis que les Templiers étaient désormais perçus comme des seigneurs orgueilleux et cupides menant une vie désordonnée sans compter qu'une querelle opposait Philippe IV le Bel au pape Boniface V III qui avait affirmé la supériorité du pouvoir pontifical sur le pouvoir temporel des rois en publiant une bulle en 1302 pour susciter l'ire du souverain, lequel avait réclamé sa destitution pour se voir être excommunié en retour.

Boniface mourut le 11 octobre 1303 puis Benoît XI décéda à son tour dix mois plus tard en laissant la place à Clément V, élu le 5 juin 1305 au moment où les Templiers possédaient d'immenses richesses et une puissance militaire équivalente à 15000 hommes pour ainsi faire de l'ombre au roi de France.

Clément V envisagea de lancer une nouvelle croisade en contactant Jacques de Molay qui s'opposa à cette idée alors qu'il refusa au roi de France d'être fait chevalier du Temple à titre honorifique. Toujours fut-il que Philippe et le pape d'origine française se rencontrèrent, a-t-on dit, à trois reprises entre 1306 et 1308 pour discuter notamment du sort des Templiers. Ils seraient d'ailleurs vus à ce sujet en 1305 puis en 1307 avant que le souverain pontife ne décide de nommer en 1308 des commissions chargées d'enquêter sur l'ordre, en marge de la procédure séculière engagée par le roi sur la foi d'un renseignement donné par d'Esquieu de Floyran, un Templier renégat emprisonné pour meurtre qui avait recueilli la confession d'un frère condamné à mort ayant partagé sa cellule pour avouer le reniement de Dieu, les pratiques obscènes des rites d'entrée dans l'ordre et la sodomie.

N'ayant pas réussi à vendre ses rumeurs à Jacques II d'Aragon, Esquieu de Floyran avait été incité par Guillaume de Nogaret, le conseiller de Philippe,à diffuser au sein de la population les idées malsaines des Templiers tandis que le souverain écrivit au Pape pour lui faire part du contenu de ces aveux. Mis au courant de ces rumeurs, de Molay demanda une enquête pontificale qui lui fut accordée le 24 août 1307 mais Philippe n'attendit pas ses conclusions en décrétant le 13 octobre la saisie de tous les biens des Templiers ainsi que leur arrestation massive en France.

Jacques de Molay fut arrêté dans l'enceinte du Temple à Paris, tout comme 138 Templiers qui se laissèrent emmener sans résistance tandis qu'un scénario identique se déroula dans tout le pays où certains des membres de l'ordre parvinrent à s'échapper tandis que le roi enjoignit aux souverains d'Espagne et d'Angleterre de faire de même mais ceux-ci refusèrent.

Cependant, l'ordre du Temple était un ordre religieux et ne pouvait subir à ce titre la justice laïque. Philippe le Bel demanda donc à son confesseur, Guillaume de Paris, aussi Grand Inquisiteur de France, de procéder aux interrogatoires des cent trente-huit Templiers arrêtés dans la ville. Parmi ces chevaliers, trente-huit moururent sous la torture, mais le processus des « aveux » avait été enclenché, donnant lieu aux accusations d'hérésie et d'idolâtrie. Parmi les péchés confessés le plus souvent, l'inquisition  enregistra le reniement de la Sainte-Croix, le reniement du Christ, la sodomie et l'adoration d'une idole appelée Baphomet alors que trois Templiers résistèrent à la torture et n'avouèrent aucun comportement obscène.

De son côté, le Pape publia une bulle ordonnant aux souverains européens d'arrêter les Templiers qui résidaient chez eux et de mettre leurs biens sous la gestion de l'Église. Pour tirer une légitimité au nom du peuple et pour impressionner le Pape, le roi de France convoqua à Tours les Etats généraux de 1308 qui approuvèrent la condamnation de l'ordre alors que le Pape avait fait interrompre la procédure royale enclenchée par Philippe le Bel. en demandant à entendre lui-même les Templiers à Poitiers. Mais, la plupart des dignitaires étant emprisonnés à Chinon,  le roi prétexta que les prisonniers (soixante-douze en tout, triés par lui-même) étaient trop faibles pour faire le voyage. Le pape délégua alors deux cardinaux pour aller entendre les témoins à Chinon en donnant l'absolution aux dirigeants de l'ordre à cette occasion.

La première commission pontificale qui se tint le 12 novembre 1309 à Paris visa à juger l'ordre du Temple en tant que personne morale et non les personnes physiques. Pour ce faire, elle envoya une circulaire à tous les évêchés afin de faire venir les Templiers arrêtés pour qu'ils comparaissent devant la commission. Un seul frère dénonça les aveux faits sous la torture : Ponsard de Gisy, précepteur de la commanderie de Payns, tandis que le 6 février 1310, quinze Templiers sur seize clamèrent leur innocence avant d'être suivis par la plupart de leurs frères.

Souhaitant gagner du temps, le roi fit nommer à l'archiépiscopat de Sens  un archevêque qui lui était totalement dévoué, Philippe de Marigny, demi-frère d'Enguerrand de Marigny, qui envoya au bûcher le 12 mai 1310 cinquante-quatre Templiers qui avaient renié leurs aveux faits sous la torture et étaient donc relaps.

Le concile de Vienne qui se tint le 16 octobre 1311 dans la cathédrale Saint-Maurice, avait trois objectifs : statuer sur le sort de l'ordre, discuter de la réforme de l'Eglise et  organiser une nouvelle croisade tandis que sept Templiers décidèrent de s'y présenter en désirant défendre leur ordre, ce qui incita le roi à venir avec des soldats pour faire pression sur le Pape qui le 22 mars 1312 publia une bulle ordonnant l'abolition définitive de l'ordre.

Par la suite, les biens du Temple furent donnés en totalité à l'ordre de l'Hôpital, à l'exception de l'Espagne et du Portugal où deux ordres naquirent sur ses cendres, celui de Montesa et l'Ordre du Christ alors que ceux qui avaient avoué ou été déclarés innocents se voyaient attribuer une rente en pouvant vivre:dans une maison de l'ordre mais que tous ceux ayant nié ou s'étant rétractés, subiraient la peine de mort.

En décembre 1313, une commission pontificale fut nommée pour statuer sur le sort des quatre dignitaires de l'ordre. Devant cette commission, ils réitérèrent leurs aveux et le 11 ou 18 mars 1314 et furent amenés sur le parvis de Notre-Dame-de-Paris afin que l'on leur lût la sentence. C'est là que Jacques de Molay, maître de l'ordre du Temple, Geoffroy de Charnay , précepteur de Normandie, Hugues de Pairaud, visiteur de France et Geoffroy de Goneville, précepteur en Poitou-Aquitaine,  apprirent qu'ils étaient condamnés à la prison à vie.

Toutefois, Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay clamèrent leur innocence. Puisqu'ils avaient donc menti aux juges de l'inquisition, ils, furent déclarés relaps  et remis à la justice royale. Le lendemain, Philippe le Bel convoqua son conseil et, faisant fi de l'avis des cardinaux, condamna les deux Templiers au bûcher qui furent conduits sur l'Île aux Juifs , face à l'île de la Cité effacée lors de la construction du Pont-Neuf au 16e siècle, afin d'y être brûlés vifs.

De Molay s'écria que Dieu savait qui avait tort et qu'il arriverait malheur à ceux qui avaient condamné à mort les Templiers en proclamant jusqu'à la fin son innocence et celle de son ordre  pour ajouter: « Vous serez tous maudits jusqu'à la treizième génération », une pohrase qui inspira des historiens et Maurice Druon lorsqu'il écrivit "Les Rois Maudits".

Les deux condamnés demandèrent à tourner leurs visages vers la cathédrale Notre-Dame et ce fut avec la plus grande dignité qu'ils moururent. La décision royale avait été si rapide que l'on s'aperçut après coup que la petite île où avait été dressé le bûcher ne se trouvait pas sous la juridiction royale, mais sous celle des moines de Saint-Germain-des-Prés, ce qui força le roi à confirmer  par écrit que l'exécution ne portait nullement atteinte à leurs droits sur l'île.

Retrouvé en 2002 dans les archives secrètes du Vatican, l'original du parchemin de Chinon indique clairement que que Clément V avait finalement absous secrètement les dirigeants de l'ordre pour démontrer ainsi que leur condamnation et leur mise à mort était bel et bien la responsabilité du roi  et non celle du Pape ni de l'Église, contrairement à une fausse idée largement répandue.

Tous les chevaliers, frères et servants templiers ne furent pas exécutés et  bon nombre d'entre eux retournèrent à la vie civile ou furent accueillis par d'autres ordres religieux. Le Pape avait auparavant ordonné de faire comparaître tous les Templiers des provinces, et de les faire juger par des conciles provinciaux. Absous, ils pouvaient recevoir une pension prise sur les biens de l'Ordre alors qu'en Catalogne leur innocence fut reconnue par l'archevêque de Tarragone.

Dans le royaume d'Aragon , les Templiers se répartirent dans différents Ordres, principalement dans celui de Montesa, créé en 1317 par le roi Jacques II à partir de la branche des Templiers reconnue innocente lors du procès de 1312 en France. Les biens du Temple y furent transférés en 1319, mais également dans l'Ordre de Saint-Georges-d'Alfama, fondé  durant la même période par fusion entre l'Ordre de Calatrava et les Templiers de France réfugiés en Espagne.

Au Portugal, les biens des Templiers furent réservés  à l'initiative du roi pour la Couronne portugaise à partir de 1309, et transférés en 1323 à l'Ordre du Christ dont on retrouva de nombreuses influences dès le début des  grandes découvertes portugaises avec sa croix sur les voiles des navires de Vasco de Gama  lors du passage du cap de Bonne-Espérance en 1498 alors que les voiles des navires de Christophe Colomb lors de sa traversée de l'Atlantique en 1492 portaient plus probablement celle de l'ordre de Calatrava.

En Angleterre, le roi Edouard II avait d'abord refusé d'arrêter les Templiers et de saisir leurs biens avant d'envoyer en décembre 1307 des lettres au Pape pour les défendre mais en recevant la confirmation de ce dernier pour les arrêter, il décida de faire interpeller tous les membres de l'Ordre présents dans son pays pour les assigner à résidence, sans toutefois recourir à la torture.

Un tribunal fut dressé en 1309 et finit par absoudre en 1310 les Templiers repentis. Le transfert des biens des Templiers vers les Hospitaliers ordonné par la Bulle papale de Clément V en 1312 ne fut pas exécuté avant 1324. Ces biens revinrent plus tard à la Couronne d'Angleterre en 1540 lorsque le roi Henri VIII ordonna la dissolution de l'ordre des Hospitaliers et la confiscation de leurs biens en nommant le prêtre de l'Eglise du Temple, "Maître du Temple".

En Écosse, l'ordre de Clément V de confisquer tous les biens des Templiers, ne fut pas totalement appliqué, en particulier depuis que l'excommunication du roi Robert 1er. L'Evêque de St Andrew leur accorda l'absolution en 1311 tandis que l'année suivante, ils furent même absous en Angleterre et réconciliés dans l'Église.

En Europe centrale, les biens de l'ordre furent confisqués puis redistribués pour certains aux Hospitaliers et pour d'autres à l'ordre Teutonique mais peu d'arrestations eurent lieu et aucun Templier ne fut exécuté. Pour leur part, les. princes allemands, séculiers et ecclésiastiques, avaient largement pris parti pour les templiers. Le synode de la province ecclésiastique de Mayence se contenta de prononcer des absolutions, tout comme celui de la province de Trêves. Enhardis par ces deux jugements, les Templiers essayèrent de se maintenir sur les bords du Rhin et dans le Luxembourg  et le diocèse de Trêves, et probablement aussi dans le duché de Lorraine.

Restés sous la protection de leurs familles et des seigneurs locaux, beaucoup de chevaliers se virent attribuer une rente à vie, et d'importantes indemnités durent même être versées par les Hospitaliers, en dédommagement des biens confisqués, à tel point que ceux-ci durent parfois revendre les biens qui venaient de leur être attribués.

Au cours de leur histoire, les Templiers avaient vu leur réputation être mise en cause en raison de leurs privilèges, de leur puissance et de la concurrence que l'Eglise ressentait. Leur fin tragique contribua à générer des légendes à leur sujet, notamment à propos de  leur quête supposée du Saint-Graal, l'existence d'un trésor caché (comme celui envisagé à Rennes-le-Château) ou leur découverte éventuelle de documents cachés sous le Temple d'Hérode en donnant naissance à certaines hypothèses sur le pourquoi de la création de la franc-maçonnerie qui serait issue en droite ligne de l'ordre du Temple. De plus, certains groupements ou sociétés secrètes (tels que la Rose-Croix) ou certaines sectes, telles que l'Ordre du Temple solaire et ses survivances, comme le Collège Templier, la Militia Templi ou l'Ordo Temlpli Orientis  se réclameront par la suite de l'ordre, affirmant leur descendance en s'appuyant sur la survivance secrète des Templiers, sans parvenir pour autant à le prouver, ou en produisant même parfois de faux documents.

Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon