ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page News :
Rechercher dans le site :

Citation
On n'est pas le meilleur quand on le croît mais quand on le sait (Matrix)

Actuellement
Dernieres petites annonces
06/03: Patrice MURCIANO Pop Art
Collectionneur privé sur le second marché de l'art, se sépare d'une de ses deux toile...
21/09: AQUARELLE DE L'ARTISTE ANDRE HUPET
A vendre aquarelle de l'artiste belge André Hupet (1922/1993) réalisée en1991...
13/02: OEUVRES CONFIEES NON RESTITUEES
Des oeuvres confiées en décembre 2015 et janvier 2016 à R. Martiniani, un marchand ...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

News

L'intégralité des nouvelles 2008, 2009, 2010 , 2011 et 2012

Par ailleurs, ArtCult met à votre disposition l'intégralité des news depuis sa création dans la rubrique archive.magazine

Partenaire de: envoyersms.biz






                                       Contactartcult@wanadoo.fr

Page précédente 27/1721
Retour
MORT DU PEINTRE HENRI CUECO
15 Mars 2017
Catégorie : Disparition

Personnalité marquante de la Nouvelle Figuration ou Figuration critique, le peintre Henri Cueco est mort à Paris à l'âge de 87 ans, a-t-on appris le 14 mars 2017.

Né à Uzerches (Corrèze) en 1929, Cueco travaillait à Paris et dans sa ville natale à laquelle il était très attaché et où il sera enterré. Le thème récurrent de son oeuvre a été le rapport de l'homme à la nature avec une préoccupation centrée sur le rôle social de l'artiste à travers la réalisation d'une peinture ne se satisfaisant pas de n'être que la déclinaison de la peinture elle-même.

L'itinéraire de Cueco a été fait de ruptures apparentes comme les cassures, qu'elles aient été temporelles, idéologiques ou psychologiques pour générer les cycles de son travail

Participant activement au salon de la Jeune Peinture et à la Coopérative des Malassis, dont il fut membre fondateur en 1969, Cueco avait formulé des oeuvres marquantes entre 1965 et 1975 à travers.Les Jeux d'Adultes et Les Hommes Rouges, puis Les Chiens et Les Claustras de 1972 à 1976 , Les Herbes/Paysages dessinés qui marquèrent entre 1977 et 1987 un retour au motif et Sols d'Afrique de 1987 à 1990, série inspirée, non pas par un récit de voyage mais d'après des livres sur l'Afrique dont les photos l'émouvaient.

 

En 1993, il publia son journal d'atelier, ou Journal d'une pomme de terre. À l'occasion de cette parution, la galerie Louis Carré & Cie présenta 150 petits portraits de pomme de terre, œuvres réalisées parallèlement à l'écriture de son journal.

 

Doté d'un esprit de collectionneur, Cueco avait tendance à vivre parmi les objets qu'il récupérait ou chinait par plaisir, tels des cailloux, noyaux et queues de cerises, noyaux de pêches, de prunes, noisettes, amandes, cailloux, bouts de crayons, papiers froissés, ficelles, élastiques de bureau, etc.

 

Dès 1986, il peignit les objets de la banalité en les accumulant sur des petits formats tout en dressant l'inventaire de sa collection  dans son livre Le collectionneur de collections paru en 1995 aux Éditions du Seuil.

 

A partir de 1994, Cueco décortiqua en plasticien la construction des scènes sur lesquelles se représente et s'organise le désordre du monde. En observateur attentif, il relata de manière impitoyable ce qu'il voyait, faisait ou ressentait en s'appuyant notamment sur les œuvres de Nicolas Poussin et de Philippe de Champaigne, notamment L'Enlèvement des Sabines du premier ou Ex Voto , Le Christ mort et Le Cardinal de Richelieu du second.

 

Très attaché à la Corrèze, il produisit de nombreux paysages de la région et en 2003, année de la canicule. il collecta des plantes abîmées de son jardin en les dessinant minutieusement dans le cadre de sa série Brûlures des “saxiphrages” qui fut présentée en février 2005 à la galerie Louis Carré & Cie.

 

Esprit doté d'un grand sens de l'humour, il publia aussi de nombreux textes ; L'Arène de l'art , essai écrit avec P. Gaudibert en 1988, critique virulente d'un minimalisme académique et d'un art conceptuel français devenus trop officiels à son goût, Journal d'atelier, 1988-1991 ou Le Journal d'une pomme de terre, paru à l'Énsb-a, 1993 ; Comment grossir sans se priver, publié aux éditions Frank Bordas en 1997, Le Volcan , Paris, éditions Balland, 1998, Discours inaugural du centre national de la faute d'orthographe et du lapsus, La Louvière, éditions Le Daily-Bul, 1998, Le Troubadour à plumes, Brive-la-Gaillarde, éditions François Janaud, 1999, L'Inventaire des queues de cerises , Paris, éditions du Seuil, 2000, Dessine-moi un bouton, et Dialogue avec mon jardinier , Paris, tous deux aux Éditions du Seuil, 2000.

 

Egalement homme de radio, il participa régulièrement aux émissions radiophoniques Les Décraqués et Les Papous dans la tête de Bertrand Jérôme et Françoise Treussard sur France Culture dont les éditions Gallimard publièrent l'anthologie en 2004.


Malade depuis plusieurs années il avait été empêché de venir aussi souvent dans sa Corrèze natale. Mais durant longtemps Henri Cueco était revenu plusieurs semaines par an dans sa maison corrézienne achetée à Vigeois, tout près d'Uzerche où il avait fondé l'association Pays Paysage, toujours active, qui favorise les relations entre les différents acteurs des territoires.

Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon