ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page News :
Rechercher dans le site :

Citation
L'art n'est pas fait pour les chiens. Sinon, on aurait affaire au cleb'art...

Actuellement
Dernieres petites annonces
06/03: Patrice MURCIANO Pop Art
Collectionneur privé sur le second marché de l'art, se sépare d'une de ses deux toile...
21/09: AQUARELLE DE L'ARTISTE ANDRE HUPET
A vendre aquarelle de l'artiste belge André Hupet (1922/1993) réalisée en1991...
13/02: OEUVRES CONFIEES NON RESTITUEES
Des oeuvres confiées en décembre 2015 et janvier 2016 à R. Martiniani, un marchand ...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

News

L'intégralité des nouvelles 2008, 2009, 2010 , 2011 et 2012

Par ailleurs, ArtCult met à votre disposition l'intégralité des news depuis sa création dans la rubrique archive.magazine

Partenaire de: envoyersms.biz






                                       Contactartcult@wanadoo.fr

Page précédente 51/1765
Retour
LE MARCHE DE L'ART FACE A LA CRISE FINANCIERE AUX ETATS-UNIS par Adrian Darmon
16 Septembre 2008
Catégorie : Marché
La faillite de la légendaire banque américaine Lehman Brothers a causé le 15 septembre 2008 de sérieux remous à Wall Street ainsi que sur les places boursières européennes et asiatiques qui ont enregistré des baisses dépassant 5% en une seule journée.

Le chaos boursier engendré par la crise des subprimes aux Etats-Unis a ainsi sérieusement affecté les banques, les sociétés de crédit et même des compagnies américaines d'assurances tout en ayant un impact négatif en Europe et en Asie avec un recul de la croissance sur ces deux continents.

Le serrage de boulons au niveau des crédits a de plus aggravé la crise de l'immobilier aux Etats-Unis et en Europe avec le risque de devoir faire face à une crise comparable à celle de 1929. Dans ce contexte, les craintes de voir le marché de l'art être entraîné dans cette tempête financière se sont amplifiées durant la mi-septembre sans pour autant se traduire dans les faits puisque la vente tant attendue à Londres de plus de 50 oeuvres de l'artiste britannique Damien Hirst a été couronnée de succès, Sotheby's enregistrant un produit total de plus de 70 millions de livres sterling.

Le pari de cette vente intitulée " Beautiful Inside My Head Forever " était sacrément risqué au vu de la conjoncture économique internationale mais son résultat final a permis aux acteurs du marché de croire que celui-ci serait épargné par la crise financière. Ce succès pour le moins miraculeux s'explique par le fait que les détenteurs de liquidités ont maintenu leur confiance dans le marché de l'art, resté remarquablement stable par rapport à la situation erratique enregistrée sur les places boursières et financières.

Avec des plus-values annuelles se situant entre 5 et 10%, le marché de l'art est devenu un refuge pour les investisseurs mais dans le même temps, les faillites de plusieurs banques et institutions financières aux Etats-Unis ont mis sur le carreau des milliers de cadres grassement payés, dont plusieurs pontes de Lehman Brothers, qui ne lésinaient pas à la dépense dans les domaines de l'immobilier, du luxe et de l'art.

Se retrouvant d'un coup au chômage, ceux-ci n'auront plus la latitude de faire des achats superflus alors que les amateurs les plus riches n'auront pas tous échappé à la crise financière et boursière, ce qui fait qu'ils risqueront d'être moins présent sur le marché de l'art où il est impossible de dégager des liquidités rapidement puisqu'il faut compter plus de trois mois pour espérer vendre une pièce importante aux enchères.

Pour les industriels et hommes d'affaires de la planète, l'art a toujours été considéré comme un moyen de réaliser des placements de longue haleine et d'asseoir en même temps leur position sociale. L'art  a donc toujours été pour eux une sorte d'aboutissement pour faire étalage de leur fortune laquelle a été bâtie essentiellement dans les secteurs de l'industrie, des matières premières ou de l'économie. Si leur fortune baisse, il va de soi qu'ils achèteront moins d'objets d'art. Si donc le pourcentage d'invendus dans les ventes venait à s'accroître dans les semaines, le marché subirait alors un recul durable sans autre espoir que d'attendre une reprise économique sensible dans les pays industrialisés.

Adrian Darmon
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon