ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page Biographies :
Rechercher dans le site :

Citation
Ne rien dire, c'est se taire. Se taire, c'est passer la vérité sous silence... (A.D)

Actuellement
Dernieres petites annonces
13/02: OEUVRES CONFIEES NON RESTITUEES
Des oeuvres confiées en décembre 2015 et janvier 2016 à un marchand domicilié à La Seyn...
24/12: VOL DE DEUX GRAVURES DE LA FIN DU XVE SIECLE
Deux gravures sur vélin provenant d'un incunable de la fin du XVe siècle, l'une repré...
08/11: LES OEUVRES DE JORGE GALEGO EN DIRECT !
Achetez DIRECTEMENT à l'Artiste! Pourquoi payer trop cher des oeuvres contem...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Biographies

Artcult vous propose une sélection de biographies de grands maîtres. Sélection par Adrian Darmon.
Page précédente 15/57
Retour
Francisco GOYA Y LUCIENTES
Date naissance/Mort : 1746-1828
Nationalité : Espagnole
Activité : Peintre et Graveur
Fourchette de prix : Entre 300 000 et 4 millions d'euros
Cet article se compose de 3 pages.
1 2 3
Francisco Goya figure parmi les plus grands artistes espagnols, non seulement par rapport à son peuple mais aussi à travers l'évolution de sa carrière prodigieuse qui suivit les bouleversements de son temps.

Observateur de la société espagnole, il fut également un témoin féroce des désastres de la guerre qui mirent son pays à feu et à sang au début du XIXe siècle en réalisant des œuvres poignantes qui éveillèrent les consciences en Espagne plus d'un siècle avant Picasso et son fameux tableau intitulé « Guernica »

Goya fut probablement le peintre qui évolua le plus au plan du style et des thèmes puisqu'à ses débuts, il fut par excellence un artiste du XVIIIe siècle et de ses frivolités avant de devenir un peintre révolutionnaire du XIXe qui vit la naissance brutale du monde moderne.

Passé d'un univers où régnait l'insouciance, Goya traduisit alors la vision d'un monde éclaté où l'homme était confronté aux ténèbres en créant un nouveau mode d'expression, violent et terrifiant à la fois, pour devenir en quelque sorte le pionnier de l'art moderne.

Né à Fuendetodos au sein d'une famille modeste, Francisco de Paula Goya y Lucientes eut une jeunesse assez difficile en ne parvenant pas à être admis d'emblée à l'académie San Fernando de Madrid entre 1763 et 1766. S'étant formé au contact de Raphaël Mengs, il put néanmoins trouver un protecteur en la personne de Florido Blanca, un des ministres du roi Charles III, mais il ne tarda pas à se mêler violemment à des bagarres opposant les membres de diverses confréries si bien qu'un matin, on le retrouva grièvement blessé avec un couteau entre les épaules.

Rétabli, il eut affaire à l'Inquisition après avoir tenu des propos irrévérencieux à l'égard de la religion. Pourchassé, il dut se cacher et s'engagea dans la Cuadrilla d'un toréador qui quittait Madrid pour se rendre en Italie.

Goya alla donc en Italie mais dut aussi se contenter d'une deuxième place au concours de l'Académie de Parme en 1770. Lors de son séjour en Italie, il fit le portrait du pape Benoît XIV à Rome où il observa les œuvres des grands maîtres sans toutefois les copier. Ne pouvant s'empêcher cependant de manifester son penchant invétéré pour les femmes, l'artiste devint amoureux d' une religieuse et tenta de l'enlever de son couvent. Encourant la peine de mort, il dut son salut à une intervention de l'ambassadeur d'Espagne et à sa promesse de quitter l'Italie immédiatement.

De retour en Espagne, il décora le petit chœur de la cathédrale del Pilar à Saragosse ainsi que la chartreuse de l'Aula Dei, le palais Sobédial et l'église de Rémolinos. Ayant produisit des peintures religieuses dans un style proche du Baroque, il revint à Madrid en 1773 où il peignit des œuvres d'un superbe réalisme avant de bénéficier de l'appui de Mengs et de son beau-frère Francisco Bayeu pour réaliser des cartons de tapisseries à la manufacture royale de Santa Barbara.

Goya exprima alors dans ses cartons les influences des peintres français et flamands en réalisant aussi des huiles représentant des scènes galantes, de genre, de chasse ou de la vie madrilène telles « Le Jeu du Colin-Maillard », « L'Ombrelle », « Les Vendanges » ou « La Foire de Madrid », aujourd'hui au Prado, ainsi que de nombreuses œuvres décoratives pour la propriété de campagne du duc d'Osuna en 1787, telles « L'Escarpolette » ou « La Prairie de Saint-Isidore», des toiles reflétant l'existence insouciante de ses compatriotes huppés.

Ayant épousé en 1775 Josefa Bayeu, la sœur de son condisciple, Goya eut d'elle 20 enfants presque tous morts en bas âge. Infidèle et violent, il rendit cette dernière malheureuse et finit par se brouiller avec son beau-frère.

A partir de 1775, Goya sut être bien en cour auprès des nobles espagnols et du roi Charles III, ce qui lui valut en 1786 d'être nommé peintre du roi et ensuite peintre de la chambre du nouveau souverain Charles IV. Il devint alors un portraitiste très recherché des aristocrates en s'imposant comme le digne héritier de Vélasquez avec ses portraits de Charles III, Charles IV et de leurs familles.

Durant plus d'une quinzaine d'années, Goya ne peignit que des œuvres marquées par un académisme de bon aloi avec le talent en plus tout en réalisant des peintures annonciatrices de son attitude vis-à-vis de la misère du peuple espagnol alors que des événements imprévus allaient bouleverser le cours de son existence.

Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon