ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Filtres
Année

Catégorie


Recherche
Rechercher dans la page Archives des News :
Rechercher dans le site :

Citation
La Bourse n'est pas faite pour les cancres puisque ceux qui la fréquentent sont tenus de suivre les cours (AD)

Actuellement
Dernieres petites annonces
15/10: UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE
UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE SUR ferse.hubside.frA très bientot sur le site!!! ...
24/07: RECHERCHE OEUVRES MAJEURES
We are a consulting firm of Art and Antiques, whose main activity is themanagement of p...
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Archives des News

Année :
95 titres
Dubuffet en pole position en région parisienne
01 Mai 2004


Cet article se compose de 3 pages.
1 2 3
TABLEAUX (suite) :

Hans Hartung : « Composition T-1973-R41 » (acrylique sur toile, 38 x 61 cm) : 24 000 euros (Le 25 avril 2004, Versailles Enchères) On a vu mieux pour Hartung. Les enchères sont retombées comme un soufflet après la folle période de spéculation sur cet artiste.
« Composition T 1975-H18 » (Acrylique sur toile, 73 x 92 cm) : 44 000 euros (Le 25 avril 2004, Versailles Enchères) Une enchère sans surprise.

Charles Kvapil : « Nu allongé dans un paysage » (hst datée de 1933, 55 x 100 cm) : 5 100 euros (Le 19 avril 2004, Chinon) Une enchère conforme à la cote de cet artiste dont la cote est fluctuante.

André Lanskoy : « Situations dangereuses » (hst datée de 1966, 146 x 97 cm) : 24 000 euros (Le 25 avril 2004, Versailles Enchères) La cote moyenne de Lanskoy se situant à 12 000 euros pour un format de 65 x 50 cm, on reste légèrement en dessous de la norme avec cette œuvre.

Louis Latapie : « Nature morte au pichet de fleurs et au livre » (hst, 50 x 65 cm) : 3 000 euros (Le 24 avril 2004, Saint-Etienne) Une excellente enchère pour Latapie.

Edy Legrand : « Femmes berbères sous la tente » (hst, 69 x 100 cm) : 15 000 euros (Le 24 avril 2004, Vannes) Une enchère dans le tempo de la cote.

Fernand Maillaud : « Le Repos des Moissonneurs » (hsp, 47 x 64 cm) : 4 300 euros (Le 25 avril 2004, Rouen, Wemaëre) Une enchère parfaitement dans la norme pour Maillaud.

Edgar Maxence : « Le Mystère des Roses » (hsp, diamètre 160 cm, le 14 avril 2004, Cannes, Azur Enchères) Cette œuvre du peintre symboliste Edgar Maxence qui fut l'élève de Gustave Moreau n'avait été estimée qu'à 30 000 euros au mieux. Elle était suffisamment séduisante pour être vendue au double de l'estimation haute.

Louis Nattero : « L'Entrée du port de Marseille » (hst) : 15 000 euros (Le 24 avril 2004, Marseilles Enchères) Un score excellent pour cette œuvre de Nattero.

Serge Poliakoff : « Composition » (hst de 1961-66, 100 x 81 cm) : 78 000 euros (Le 25 avril 2004, Versailles Enchères) Une enchère quelque peu décevante pour Poliakoff.

Raphaël Ponson : « Calanque animée, au fond le cap Canaille » (hst, 35 x 59 cm) : 12 000 euros (Le 24 avril 2004, Marseilles Enchères) Une enchère au plus haut pour Ponson.

Gérard Schneider : « Composition 59 G » (hst datée de 1959, 130 x 97 cm) : 30 500 euros (Le 25 avril 2004, Versailles Enchères) Une enchère soutenue pour une œuvre de la meilleure période de Schneider.
« Opus 42B » (hst datée de 1953, 89 x 116 cm) : 36 000 euros (Le 25 avril 2004, Versailles Enchères) Encore un beau score, il est vrai pour la période la plus recherchée de Schneider dont la cote reste en dents de scie.

Sinibaldo Scorza : « Le voyage de Rachel » (hst, 138 x 186 cm) : 41 000 euros (Le 24 avril, Marseille, Prado Falque Enchères) Une enchère appuyée pour une œuvre de ce peintre né en 1589 et mort en 1631 dont la cote n'excédait pas 8 000 euros. Scorza était surtout connu comme miniaturiste et le traitement de cette toile trahit largement sa spécialité avec des bleus peints comme à la gouache.

Maria Elena da Silva : « L'Atelier » (hst, 50 x 61 cm) : 180 000 euros (Le 25 avril 2004, Versailles Enchères) Une belle enchère pour une œuvre de cette grande artiste portugaise.

Arpad Szenes : « Terre-Neuve » (hst, 40 x 80 cm) : 30 000 euros (Le 24 avril 2004, Marseille Enchères) Probablement un prix record pour Szenes, qui fut l'époux de Maria Elena da Silva.

Antoni Tapiès : « Dibuixat » (hst, 73 x 92 cm datée de 1976) : 41 000 euros (Le 25 avril 2004, Versailles Enchères) Une enchère ni bonne ni mauvaise. Certaines œuvres de Tapiès font de meilleurs scores.

DESSINS-AQUARELLES :

Marie Laurencin : « Deux femmes », aquarelle (27 x 35 cm) : 17 600 euros (Le 14 avril 2004, Cannes, Azur Enchères) Enchère dans la norme pour cette aquarelle.

Léopold Lelée : « Farandoles d'Arlésiennes », gouache datée de 1939 (49 x 120 cm) : 6 200 euros (Le 24 avril 2004, Avignon) Une enchère faite pour la région. Il n'est pas sûr qu'un tel prix aurait été atteint dans le Nord. Pour ses huiles, Lelée est coté à 5 500 euros pour un format moyen de 65 x 50 cm.

SCULPTURE :

Chana Orloff : « Auguste Perret », épreuve en bronze N°2/5, fonte Susse (Hauteur 56 cm) : 22 000 euros (Le 24 avril 2004, Vannes) Une enchère dans la norme pour l'artiste israélienne.

ARGENTERIE-ORFEVRERIE :

Chocolatière en argent, travail belge, Mons 1766, M.O Jean François Joseph Béghin (Hauteur 34 cm) : 13 500 euros (Le 24 avril 2004, Avignon) Les pièces d'argenterie belges sont toujours très recherchées comme le prouve cette belle enchère.

LIVRES ET MANUSCRITS :

Etat militaire des puissances alliés au 1er février 1814, reliure en maroquin rouge d'époque, manuscrit détaillant l'état militaire des forces alliées liguées contre Napoléon 1er : 25 800 euros (Le 28 avril 2004, groupe Denesle) Un document instructif dans lequel on apprend que les coalisés pouvaient réunir plus d'un million deux cent mille hommes contre les armées napoléoniennes. En analysant ce dossier, l'empereur crut bon de refuser les propositions de paix qui lui avaient été faites alors qu'il n'avait pas assez de régiments pour résister à ses ennemis. D'ailleurs, les batailles qui s'ensuivirent prouvèrent qu'il avait eu un sacré tort de ne pas faire la paix puisque les forces alliés envahirent la France et investirent Paris à la fin du mois de mars 1814, le forçant ainsi à abdiquer le 6 avril. Vanité quand tu nous tiens…

« Roland furieux, poème héroïque de l'Arioste » (Paris, Hachette 1879) relié en maroquin mosaïqué par Marius Michel et illustré de 81 compositions hors texte et de 536 vignettes gravées sur bois par Gustave Doré avec 35 dessins originaux de l'artiste ayant servi pour les gravures : 29 000 euros (Le 21 avril 2004, Piasa)

Ronsard : seconde édition collective des Œuvres (Paris, Gabriel Buon, 1567), six tomes reliés en 5 volumes en maroquin rouge dans le style de l'époque par Thibaron-Joly, contenant trois des principales œuvres de l'auteur : « Le discours des misères de ce temps », « Continuation du discours des misères de ce temps » et les « Remontrances au peuple de France » : 92 000 euros (Le 22 avril 2004, groupe Denesle Art Enchères) Une enchère justifiée pour cette édition rarissime.

CERAMIQUES ET PORCELAINES :

Adrien Dalpayrat : Paire de vases cabossés, à décor d'une araignée sur sa toile, en grès à couverte émaillée vert d'eau, rouge sang de bœuf et beige (Hauteur 13 cm), signés en creux : 9 200 euros (Le 24 avril 2004, Joigny) Les œuvres de Dalpayrat sont toujours très prisées en vente.

Deux statuettes représentant deux femmes en sortie de bains, signées en creux Wiener Werkstätte et P.M (Autriche) : 6 000 euros (Le 24 avril 2004, Joigny). Une enchère corsée pour ces statuettes portant la célèbre marque « Wiener Werkstätte », très recherchée des amateurs.

Page précédente 16/95
Retour Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon