ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Filtres
Année

Catégorie


Recherche
Rechercher dans la page Archives des News :
Rechercher dans le site :

Citation
Artcult n'a qu'un seul boss et n'est pas sponsorisé par Georges Soros

Actuellement
Dernieres petites annonces
15/10: UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE
UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE SUR ferse.hubside.frA très bientot sur le site!!! ...
24/07: RECHERCHE OEUVRES MAJEURES
We are a consulting firm of Art and Antiques, whose main activity is themanagement of p...
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Archives des News

Catégorie :
9 titres
Sofonisba Anguissola
01 Septembre 2003



SOFONISBA ANGUISSOLA (1530-1625)
NATIONALITE: ITALIENNE
ACTIVITE: PEINTRE

UN SYMBOLE DE LA LIBERATION DE LA FEMME EN PEINTURE

Née à Crémone en 1530, Sofonisba Anguissola fut une des six filles d'un noble italien nommé Amilcare Anguissola.

Dès son enfance, Sofonisba et quatre de ses soeurs, Elena, Europa, Anna Maria et Lucia apprirent la peinture sous la direction d'un maître. Toutefois, elle fut la seule à faire de la peinture une profession puisque Elena entra dans les ordres dès son adolescence, que Anna et Europa renoncèrent aux pinceaux dès qu'elles furent mariées et que Lucia, promise à un grand avenir artistique, mourut jeune.

Sofonisba étudia sous la direction de Gatti et de Campi qui fut un des premiers peintres à accepter des élèves féminines dans son atelier. Elle devint une artiste prolifique comme en témoigne aujourd'hui la présence à Crémone, sa ville natale, de plus d'une trentaine d'oeuvres signées de sa main sur les 50 connues à ce jour. Elle vécut jusqu'à l'âge respectable de 95 ans et eut une carrière de premier ordre puisqu'elle devint peintre à la cour de Philippe II d'Espagne et reçut à Gênes en 1623 la visite du célèbre Van Dyck qui l'admirait et qui ne manqua pas de dessiner son portrait après lui avoir demandé des conseils.

Excellant dans l'art du portrait, un domaine auquel elle apporta une touche novatrice, elle mourut à Palerme en 1625.

Sofonisba fut en fait une des rares femmes de son temps à s'adonner à la peinture et surtout à acquérir une réputation de dimension internationale. Michel-Ange lui-même lui offrit des dessins dont elle fit des copies avant de les renvoyer au célèbre maître afin d'obtenir un avis sur son talent.

Après Laevinia Teerlinck, fille d'un peintre de la cour de Henri VIII, elle fut une des premières artistes à manier le pinceau avec une rare dextérité au point qu'elle suscita bien des vocations chez les femmes désireuses d'entreprendre une carrière artistique au mé^ris des conventions rigides de leur époque.

Vasari, qui rédigea un livre fameux sur la vie des peintres, ne manqua pas d'écrire à son propos qu'elle montrait plus d'application et de grâce que tout autre femme de son âge à produire des dessins remarquables. Il souligna qu'en plus de son talent de dessinatrice, elle savait mélanger les couleurs avec art, peindre d'après nature et faire de superbes copies de grands maîtres tout en réalisant elle-même des oeuvres remarquables.

Alors que Lavinia Fontana, Barbara Longhi ou Fede Galizia étaient toutes filles de peintres, le cas de Sofonisba fut probablement unique dans l'histoire de la peinture du XVIe siècle puisqu'elle n'était pas née dans une famille d'artistes. Bien qu'issue d'une famille noble, elle ne put en tant que femme s'initier comme les hommes puisqu'elle n'avait pas le droit d'étudier l'anatomie et dessiner des personnages d'après nature.

Elle ne put peindre que des modèles particuliers ou faire son autoportrait pour ne pas risquer de subir les foudres des autorités ou de l'Eglise. On retrouve bien évidemment l'influence de Campi dans ses premières oeuvres, comme son autoportrait aujourd'hui conservé au Musée des Offices à Florence

Son travail fut intimement associé à la vie qu'elle passa à Crémone, une ville influencée artistiquement par Mantoue et Parme. A travers l'enseignement de Gatti, elle retint les influences évidentes du Corrège comme dans cette toile peinte en 1555 (Musée de Poznan, Pologne) montrant Minerva, Lucia et Europa Anguissola en train de jouer aux échecs dans laquelle l'art du portrait se mêle à celui de la scène de genre.



Page précédente
Retour Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon