ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Filtres
Année

Catégorie


Recherche
Rechercher dans la page Archives des News :
Rechercher dans le site :

Citation
Certains voient en Koons un diamant pesant des centaines de Corot

Actuellement
Dernieres petites annonces
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
01/01: APPEL PRESSANT A DE TRES MAUVAIS PAYEURS
Demeurant dans le secteur de Charleville, M. P. C., chauffeur de taxi, et Mme M. R., ...
06/03: Patrice MURCIANO Pop Art
Collectionneur privé sur le second marché de l'art, se sépare d'une de ses deux toile...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Archives des News

Année :
41 titres
UN FAUX QUI FAIT L'INFO
01 Décembre 1998


Un faux tableau du peintre espagnol Oscar Dominguez vendu en novembre 1989 à St Dié dans les Vosges n'a pas valu de condamnation de l'expert selon un jugement rendu par le tribunal de cette ville en novembre 1998.
La toile intitulée «Tres Figuras» fut d'abord vendue par un marchand à la Galerie Matignon 32 pour 80 000 FF en avril 1989. La galerie vendit ensuite le tableau aux enchères par l'entremise de l'étude Faure et Rey à Rambouillet qui l'adjugea 158 000 FF.
On était alors en pleine période de spéculation et l'acheteur, désireux de réaliser rapidement une plus-value, confia le tableau à M° Guérin, commissaire-priseur à St Dié, qui la vendit 330 000 FF le 29 novembre 1998. L'acquèreur, ayant eu des doutes quant à son authenticité, demanda par la suite une expertise qui fut menée par Patrice Trigano. Celui-ci considéra qu'il s'agissait d'un faux et l'acheteur se retourna contre l'expert de la vente de Rambouillet, Claude Marumo.

Le tribunal de St Dié a considéré que Claude Marumo n'avait pas commis de faute en présentant cette œuvre comme authentique car il s'était appuyé sur l'opinion du spécialiste de Dominguez, Rodolfo de Sosa qui était considéré comme étant la meilleure autorité concernant les oeuvres de ce peintre.
Les avis de Rodolfo de Sosa, qui eut maille à partir avec la justice, furent par la suite remis de nombreuses fois en question durant les années qui suivirent cette intense période de spéculation mais à l'époque de la vente, sa réputation n'avait pas encore été discutée.

Le tribunal a ainsi suivi l'avocate de Claude Marumo qui a indiqué dans sa plaidoirie que son client n'avait qu'une obligation de moyens, s'étant donc fié à l'avis de de Sosa, et non pas de résultat.
Au final, l'acquèreur n'obtiendra pas de remboursement pour ce faux Dominguez à moins qu'il décide de se retourner contre Rodolfo de Sosa lequel serait aujourd'hui insolvable, selon des sources bien informées.

Page précédente 3/41
Retour Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon