ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Filtres
Année

Catégorie


Recherche
Rechercher dans la page Archives des News :
Rechercher dans le site :

Citation
Le film de l'année 2008: "Monnaie de singe" avec Lehman Brothers

Actuellement
Dernieres petites annonces
15/10: UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE
UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE SUR ferse.hubside.frA très bientot sur le site!!! ...
24/07: RECHERCHE OEUVRES MAJEURES
We are a consulting firm of Art and Antiques, whose main activity is themanagement of p...
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Archives des News

Année :
Catégorie :
19 titres
01 Août 2005



Cet article se compose de 2 pages.
1 2
Tout comme les vols, les faux sont la hantise des amateurs. Dans les deux cas, il leur faut se protéger ou se prémunir. Mais s'il est possible de sécuriser au mieux un appartement ou une maison pour réduire les risques d'un cambriolage, il est plus difficile, même pour un amateur très averti, d'échapper au piège du faux.

Il naît d'ailleurs un gogo par minute à travers le monde, cela veut dire que l'entreprise illicite du plagiat n'est pas près d'être éradiquée surtout que les amateurs ont la fâcheuse tendance à se nourrir du rêve de mettre la main sur l'objet rare en l'achetant au prix le plus bas. Le désir de faire un gros coup entraîne ainsi tout mordu à baisser sa garde lorsqu'il tombe sur ce qui lui semble être un trésor, ce qui fait que le jeu excitant de la découverte s'accompagne souvent de désillusions.

La découverte est une chose, l'authentification d'une trouvaille en est une autre bien plus compliquée d'autant plus qu'elle aboutit le plus souvent à un verdict négatif ou mitigé. Constatant qu'un modèle de statuette de Jean de Bologne réalisé à Florence vers 1600 venait d'être adjugée récemment au prix incroyable de 1,2 million € à Drouot, un amateur qui avait chiné un exemplaire similaire il y a 20 ans a contacté l'expert de la vente avec l'idée qu'elle aussi atteindrait un prix conséquent. Seulement voilà, l'expert lui a expliqué que sa statuette avait été produite 50 ans plus tard par l'atelier des Gobelins et qu'à son avis, elle ne dépasserait pas
50 000 €. Pourtant, il n'avait estimé qu'à 30 000 € le modèle vendu à un prix mirifique après avoir constaté que le numéro d'inventaire figurant sur celui-ci et censé déterminer comme provenance la collection du cardinal de Richelieu avait été gravé sous la patine, ce qui pouvait laisser croire qu'il était apocryphe. Or, si ce numéro était sous la patine, cela signifiait aussi que le bronze avait été plus tard muni d'une nouvelle patine, ce qui théoriquement devait lui ôter de la valeur. Tout ça pour dire que même si elle est d'époque, une sculpture recherchée ne vaut pas nécessairement le même prix qu'une autre à priori similaire sans compter que la provenance peut en outre jouer un rôle déterminant dans une adjudication.

Le vrai ne correspond donc pas à une réalité absolue et peut même se transformer en faux, surtout lorsqu'un expert affirme que la pièce qu'on lui soumet est un plagiat alors qu'elle est en fait authentique. Le faux lui même se décline à toutes les sauces puisqu'il peut être manifeste, trompeur, déroutant, indétectable de prime abord et subtil ou devenir authentique par la grâce d'un certificat accordé par un spécialiste aveugle ou piégé par sa perfection.

On sait d'autre part que les artistes ont toujours copié les maîtres pour se former mais on oublie trop souvent qu'ils les ont plagié inconsciemment – ce qu'ils ont toujours rechigné à admettre- en définissant leur propre style.

Au début des années 1950, le critique d'art Clement Greenberg, qui fut l'un des plus influents théoriciens de l'art du XXe siècle, avait porté aux nues plusieurs artistes, notamment ceux du mouvement expressionniste-abstrait ou Kenneth Noland au point que l'avenir de l'art paraissait dépendre de ses analyses.

Il se permit ainsi de faire l'apologie de Noland dont les œuvres pareilles à des cibles de tir à l'arc imitaient en fait celle de Robert Delaunay réalisée en 1910. Greenberg affirma également que Barnett Newman ne devait rien à Mondrian alors que ce dernier l'avait en réalité fortement influencé.

Dans on livre « Comment je suis devenu un marchand de tableaux » (Ed. L'Echoppe), Sami Tarica cite le psychanalyste Daniel Sibony lequel dans son analyse du complexe du second-premier a expliqué que « ce type d'emprunts massifs, très présent dans l'histoire… consiste, pour celui qui vient en second, à non pas reconnaître sa dette envers le premier et à dire son projet de faire mieux ou de faire autre chose, mais à faire tout son possible pour être le premier alors qu'il ne l'est pas. Et ce viol de la simple chronologie l'amène à faire beaucoup de folies ». Tout ça pour signaler que les lignes verticales de Newman étaient déjà fortement ancrées dans les esprits et n'étaient en rien novatrices.

Greenberg qualifia en outre Fautrier de peintre abstrait alors que celui-ci se défendait véhémentement de l'être. Fautrier resta d'ailleurs longtemps ignoré des galeristes et des amateurs au point qu'au lendemain d'une exposition ratée en 1955 il fut amené à écrire à Jean Paulhan : "Vous m'avez toujours dit que les très grands peintres ne vendent jamais rien au début. Eh bien, soyez satisfait : dans cette exposition, rien n'a été vendu ! "…

Ce fut grâce à Tarica, habile marchand de tapis reconverti en galeriste, que Fautrier commença enfin à trouver des acheteurs pour ses œuvres. Un jour, le marchand lui montra une douzaine de tableaux de Poliakoff dont il était fier et se vit répondre par Fautrier que de tous les post-cubistes, celui-ci était probablement le meilleur, ce qui voulait dire en fait qu'il y avait une sacrée différence entre « post » et « authentique ».

Un autre jour, Tarica accompagna un client américain chez Fautrier qui lui demanda 1 000 francs pour un tableau. L'Américain le trouvant trop cher, Fautrier sortit alors d'un placard six autres tableaux identiques et lui déclara : « Ceux-ci ne valent que dix francs pièce ». Etonné, le visiteur essaya de comprendre et Fautrier lui répondit d'un air narquois : « Parce que ceux-ci ont été faits par ma femme de ménage ».

Il s'agissait en fait des célèbres « Originaux multiples » mais, déboussolé, le client américain s'en alla sans rien acheter.

A New York, les œuvres de Ben Shahn, Tworkov, Guston, Motherwell, Kline, Rothko ou Newman que Tarica vit semblèrent à ce dernier peu appréciables en raison de l'inexistence de rupture plastique avec les peintures qui les précédaient de peu. « J'étais stupéfait de l'importance qu'avait si vite prise cette abstraction attardée », remarqua-t-il.

Il fallait donc un discours persuasif et une « appellation » appropriée pour faire admettre ce qui à ses yeux semblaient n'être que l'exubérance des créations qui avaient nourri les trente premières années du XXe siècle. Visiblement, les expressionnistes-abstraits avaient d'après lui œuvré pendant une période creuse en profitant de l'influence de Kandinsky, Malévitch et Mondrian tandis que leur art surmédiatisé lui avait fait penser aux statues du grand empire romain, subitement dédaignées à partir du moment où elles étaient comparées à celles « archaïques » du petit royaume grec.

Devant ces œuvres produites par les expressionnistes-abstraits, Fautrier lui-même se demanda comment un artiste pouvait préserver l'intégrité de son « moi » dans une période où les valeurs étaient sacrifiées à la mode. Apparemment, le succès de l'expressionnisme-abstrait était en train de se bâtir alors sur une imposture surtout que les œuvres de Fautrier exposées à New York furent ignorées et dénigrées. Ce fut presque du pareil au même à Paris où le Musée d'Art Moderne refusa le don d'un tableau de ce peintre au prétexte qu'il ne s'agissait pas de peinture, ce qui amena Tarica à penser qu'avoir trop tôt raison ne servait à rien.

En 1959, Fautrier fut invité à la Biennale de Venise au grand dam de Gildo Caputo, alors président du syndicat français des marchands de tableaux, qui voulait présenter Manessier mais à qui les membres de ce syndicat préfèrent Hartung. Au final, Fautrier partagea avec celui-ci le Grand Prix grâce à Tarica qui déjoua une conjuration de marchands contre lui en convaincant le juré polonais disposé à voter pour l'artiste d'origine allemande que le jury était composé de capitalistes unis contre un artiste qui n'avait pas de galeriste pour le représenter.

Concernant Yves Klein, Tarica essaya un jour de lui faire obtenir un prêt de la part du millionnaire Gunter Sachs. Ce dernier accepta mais au cours d'un déjeuner, il lui raconta l'histoire des « Zones de sensibilité picturale immatérielle » se rapportant à la notion du rien. Ce fut alors que Sachs se rétracta en déclarant : « Quoi, vous voulez me faire acheter rien … Je ne marche plus ». Comme quoi le rien dans l'art n'est pas rien...

Page précédente 11/19
Retour Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon