ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page News :
Rechercher dans le site :

Citation
A Drouot, on peut parfois se prendre un coup de marteau sur la tête en oubliant d'être raisonnable

Actuellement
Dernieres petites annonces
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
01/01: APPEL PRESSANT A DE TRES MAUVAIS PAYEURS
Demeurant dans le secteur de Charleville, M. P. C., chauffeur de taxi, et Mme M. R., ...
06/03: Patrice MURCIANO Pop Art
Collectionneur privé sur le second marché de l'art, se sépare d'une de ses deux toile...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

News

L'intégralité des nouvelles 2008, 2009, 2010 , 2011 et 2012

Par ailleurs, ArtCult met à votre disposition l'intégralité des news depuis sa création dans la rubrique archive.magazine

Partenaire de: envoyersms.biz






                                       Contactartcult@wanadoo.fr

Page précédente 10/1872
Retour
LE PROBLEME DES RESTITUTIONS D'ŒUVRES INDIGENES S'AMPLIFIE
29 Novembre 2018
Catégorie : News

Après la décision du président Emmanuel Macron de restituer des objets tribaux au Bénin, plusieurs pays africains, dont le Sénégal et la Côte d'Ivoire, ont réclamé le retour de plusieurs de leurs reliques conservées au musée du Quai Branly alors que des historiens et des conservateurs de musées ont dénoncé une attitude abusive de repentance de la France visant à se faire pardonner sa politique coloniale de jadis.

Ainsi, La Côte d'Ivoire va demander à la France la restitution d'une centaine d'oeuvres d'art dont la liste a été dressée par son Musée des Civilisations pour les transmettre aux experts désignés par l'Etat français en vue de leur rapatriement puisque Paris a souhaité engager une réflexion à ce sujet avec d'autres pays européens concernés.

Le gouvernement ivoirien a indiqué que le Musée national d'Abidjan, était à même de récupérer et d'accueillir ces différentes oeuvres dès leur retour et le premier objet qu'il a réclamé a été le Djiji Ayokwe, le tambour parleur du peuple Ebrié (peuple de la région d'Abidjan) arraché pendant la colonisation et actuellement conservé au Musée du Quai Branly à Paris.

 

A la suite de la Côte d'Ivoire, le Sénégal a également réclamé la restitution par la France de tous les œuvres identifiées comme provenant de son territoire en se déclarant disposé à trouver des solutions avec Paris après la présentation à la presse du Musée des civilisations noires, qui sera inauguré à Dakar le 6 décembre.

 

Le directeur de musée, Hamady Bocoum, a déclaré : "On dispose de tout ce qu'on veut" pour le lancement du MCN, des vestiges sur les premiers hominidés, apparus en Afrique il y a plusieurs millions d'années, aux créations artistiques actuelles en citant notamment "l'outillage lithique" (en pierre) de ces hominidés, des collections de peintures et de sculptures.

Le gigantesque bâtiment, situé dans le centre-ville de Dakar, a fait l'objet d'un don de 20 milliards de francs CFA (près de 30,5 millions d'euros) par la Chine, qui l'a également équipé pour deux à trois milliards de Francs CFA" (3 à 4,5 millions d'euros). L'idée d'un MCN au Sénégal avait été lancée par le président-poète Léopold Sédar Senghor, premier chef d'État du Sénégal (1960-1980), lors du premier festival mondial des arts nègres organisé en 1966 au Sénégal, mais les travaux n'ont été lancés que sous la présidence d'Abdoulaye Wade (2000-2012).

L'architecture du nouveau musée, en face du Grand Théâtre National, est inspirée des cases rondes africaines, en particulier celles de Casamance, la région du sud du Sénégal, a ajouté Hamady Bocoum en ajoutant qu'il s'agissait d'un projet panafricain comportant une facette de chaque partie de l'Afrique pouvant accueillir 18.000 pièces sur une surface de 14.000 m2 pour mettre en exergue la contribution de l'Afrique au patrimoine culturel et scientifique avec l'objectif de se projeter sur l'avenir.

Bref, Emmanuel Macron a ouvert une boîte de Pandore qui n'est pas près de se refermer d'autant plus que  ce sont tous les pays occidentaux qui sont soumis à la pression des descendants des peuples qu'ils avaient colonisés, non seulement pour réclamer des objets ethniques mais aussi des reliques humaines puisque lesquels le British Museum, le musée de Berlin et des musées français se sont vu réclamer le retour de milliers de crânes et d'objets rituels ethniques donnés par des officiers coloniaux, des missionnaires ou des collectionneurs qu'ils exposent et conservent dans leurs réserves.

Ainsi, Lou-ann Ika Neel, descendante des tribus Mamalillikulla, Da'anx daxw, Ma'amtaglia, ‘Namgis et Kwagiulth de Colombie Britannique, a travaille avec le musée royal de cet Etat en espérant récupérer des centaines de dépouilles humaines et d'objets sacrés en soulignant qu'il était essentiel d'offrir des sépultures décentes aux ancêtres de ces communautés afin que leurs esprits reposent en paix.

Il convient d'ailleurs de signaler que ces demandes de restitutions ont longuement précédé celles des pays africains, comme celles  concernant des têtes tatouées de Maoris, notamment un crâne d'enfant bien préservé emporté en Angleterre dès 1770 par le botaniste Joseph Banks en échange de meubles de rangement de draps lors de son périple en Nouvelle-Zélande. Ce genre de commerce  avait cessé plus tard mais entre-temps, des centaines de ces reliques avaient été vendues en faveur de musées européens et américains.

Le musée Te Papa de Nouvelle-Zélande a estimé que les dépouilles d'au moins 600 ancêtres maoris et moriori, dont de nombreuses têtes préervées, se trouvaient dans des institutions européennes alors que le musée de Berlin possède également plus de 5.000 crânes d'Aficains ramenés au 19e siècle des colonies allemandes d'Afrique de l'Est alors que d'autres reliques furent collectées jusqu'à la moitié du 20e siècle, notamment par le navigateur norvégien Thor Heyerdahl qui, lors de son expédition dans le Pacifique, rapporta des ossements du peuple aborigène Rapa Nui pour les donner au musée d'Oslo.

Pour sa part, le Metropolitan Museum de New York possède dix crânes de l'ouest de la Papouasie offerts en 1965 par Nelson et Mary Rockefeller pour honorer la mémoire de leur fils Michaël disparu lors d'une expédition dans la région alors que le De Young Museum de San Francisco a restitué des reliques maories. De son côté, le Humbold Forum de Berlin en cours de création s'est engagé à rendre des milliers de celles-ci à leurs pays d'origine suite à la pression accrue de communautés indigènes.

Depuis 2003, le musée Te Papa Tongarewa de Nouvelle-Zélande a pu obtenir le retour de 500 crânes de musées britanniques, français, allemands, suédois et américains, notamment 107 têtes maories et moriories par le musée d'histoire naturelle en 2014 tandis que le Bremen Übersee Museum a rendu 44 reliques à la Nouvelle-Zélande en mai 2018.

Depuis longtemps, les musées visés ont fait de la résistance en arguant que ces reliques servaient à des études scientifiques mais celles-ci ont été pour la plupart du temps exposées pour contredire cette affirmation alors que d'autres demandes ont été faites par d'autres pays, comme le Tibet ou Haïti mais le processus s'est avéré long et coûteux, sans compter qu'il paraît compliqué de déterminer les lieux exacts où celles-ci ont été prises.

Les musées ne sont donc pas très disposés à rendre ces reliques, comme le British Museum qui en 2008 a opposé une fin de non recevoir au musée Te Papa du fait qu'il n'y avait aucune preuve que celles qu'il possédait aient été volées. En 2013, le musée avait fait de même en refusant de rendre le crâne d'un jeune homme à l'île australienne du détroit du Torres pour indiquer qu'il n'était pas clair que l'importance de reliques provenant d'une communauté ethnique dépassait leur signification au plan de leur importance historique alors qu'il possède près de 200 d'entre elles dans un lieu d'ordinaire fermé au public, sa politique ne faisant aucune distinction entre des dépouilles trouvées par des archéologues et celles collectées durant la période coloniale qui font, selon ses responsables, l'objet de recherches scientifiques.

D'autres musées ont argué qu'ils ne pouvaient rendre des reliques humaines du fait d'un manque de consensus à propos de savoir à qui elles devaient être retournées après l'extinction d'une tribu, comme celle de la première nation Miawpukek de Terre-Neuve et du Labrador, dont une paire de crânes volée dans une tombe d'un couple appartenant au peuple Beothuk disparu en 1829 qui avait atterri au musée national d'Ecosse, lequel a néanmoins restitué des reliques aborigènes d'Australie.

Certains artistes aborigènes n'ont pas hésité à s'emparer de ces affaires de reliques, comme Judy Watson, qui a représenté l'Australie à la Biennale de Venise en 1997, laquelle a créé avec Emily Kame Kngwarreye et Yvonne Koolmatrie une série d'oeuvres présentée à la Tate Britain dans le cadre de l'exposition « Artist and Empire »  en 2016 afin d'éveiller la conscience des responsables du British Museum tandis que Daniel Boyd, un descendant du peuple Kudjla-Gangalu du nord Queensland a créé des installations avec des boîtes en carton qui avaient contenu des centaines de reliques humaines au musée d'histoire naturelle de Londres pour raviver le souvenir des indigènes.

Pour l'instant, certains musées se contentent de mettre ces reliques en valeur, comme la Royal Academy de Londres avec son exposition « Oceania » où sont présentées une sculpture ancestrale en pierre de l'Île de Pâque et un autel contenant un crâne humain de Papouasie tandis que les descendant du peuple Rapa Nui de l'île de Pâque ont demandé la restitution de figures en pierre au British Museum et au Musée du Quai Branly qui accueillera l'exposition « Oceania » durant le printemps de 2019 alors que le musée Kon-Tiki d'Oslo a accepté de rendre des ossements humains à leurs ancêtres.

Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon