ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page Marché :
Rechercher dans le site :

Citation
« L'art et la vie ne faisant qu'un, c'est dans la recherche de la poésie de tous les jours, à base d'objets manufacturés ou de structures existantes, que je peux déterminer ma poétique » (Jean-Pierre Raynaud)

Actuellement
Dernieres petites annonces
06/03: Patrice MURCIANO Pop Art
Collectionneur privé sur le second marché de l'art, se sépare d'une de ses deux toile...
21/09: AQUARELLE DE L'ARTISTE ANDRE HUPET
A vendre aquarelle de l'artiste belge André Hupet (1922/1993) réalisée en1991...
13/02: OEUVRES CONFIEES NON RESTITUEES
Des oeuvres confiées en décembre 2015 et janvier 2016 à R. Martiniani, un marchand ...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Marché

Les chineurs de la Chine

Cet article se compose de 2 pages.
1 2
Nouvelle par Adrian Darmon

C'est souvent dans tout ce qui touche à l'art de la Chine que les chineurs font des affaires mirifiques parce que dans ce domaine les spécialistes ne sont pas légion. Ainsi, il arrive parfois que le destin donne un coup de pouce fabuleux aux chasseurs de trésors.
1968... C'est l'année où la Révolution Culturelle bat son plein en Chine.
A Paris, l'ambassade chinoise est aux mains de personnages habillés du fameux costume au col « Mao » qui brandissent à tout instant le fameux petit livre rouge.
Ceux-ci ont décidé de nettoyer l'endroit pour y effacer toute trace de représentation capitaliste.

Un beau jour, M. Saint-Germain, brocanteur aux Puces de Saint-Ouen, reçoit un coup de fil de l'ambassade.
Un certain M. Dong lui demande de venir pour débarrasser le bâtiment d'objet inutiles. Rendez-vous est donc pris pour qu'il se rende à l'ambassade sans trop tarder.
Au jour dit, il se présente devant l'imposante résidence où un individu accoutré de l'uniforme des Gardes Rouges, casquette vissée sur la tête, lui offre les pensées du « Guide » et un paquet de cigarettes chinoises. M. Saint-Germain se dit alors qu'on fait admirablement bien les choses dans cette ambassade où on le conduit au bureau de M. Dong.
Un petit homme affublé de grosses lunettes sur le nez le reçoit plutôt sèchement.
-Je vous ai fait venir pour faire enlever tout ce que nous avons jugé inutile de garder ici...

M. Saint-Germain regarde autour de lui. Sur les murs sont accrochés des tableaux anciens de grande qualité. Au sol sont étalés des tapis rares. Alentour, il y a des meubles, des statues de bois doré et sur la cheminée trônent deux magnifiques coq kakiémon alors que des poteries des XVII et XVIIIe siècles sont posées sur des commodes. Le brocanteur reste un instant admiratif et se demande où se trouvent les choses inutiles à enlever.
M. Dong, qu'une petite femme également habillée du costume « Mao » ne quitte pas d'une semelle, lui intime alors l'ordre de le suivre. Dans le hall, une tapisserie du XVII siècle. Dans le salon, des meubles Louis XV. Dans l'escalier, un tableau monumental de Panini, peintre italien spécialisé dans la reproduction de ruines antiques. M.Saint-Germain se dit qu'on va le mener au grenier quand, une fois arrivé au premier étage, M. Dong fait volte-face et le toise d'un air plutôt hautain.

- Tout cela est à enlever ainsi que ce dragon en céramique, ces Bouddha en bois, ces meubles. Enfin tout ! Nous ne voulons rien conserver qui puisse rappeler le capitalisme !
M.Saint-Germain reste un moment stupéfait et en même temps ébahi devant deux superbes statues représentant Bouddha en bois recouvert de feuilles d'or et hautes de plus de deux mètres.
Il regarde ensuite en arrière et contemple bouche bée le tableau de Panini qui dans son cadre en bois sculpté mesure plus de 2,50 mètres sur au moins un mètre et pèse probablement un poids phénoménal.

«Combien voulez-vous de tout cela», balbutie-t-il en s'épongeant le front devant tant de richesses étalées sous ses yeux.
«Ah ces capitalistes ! Toujours à parler d'argent», aboie M. Dong.
«Il faut bien que je vous fasse une offre», lui susurre le brocanteur.
«Bien sûr ! Nous voulons une obole pour la Révolution et vous avez trois jours, pas un de plus, pour vider l'ambassade. Disons que pour 300 000 francs vous emportez le tout. D'accord ? », lui dit M. Dong d'un air dédaigneux.M. Saint-Germain sent alors son cœur battre comme les cloches de Notre-Dame. 300 000 francs, c'est une somme assez conséquente (Plus de deux millions francs de 1997) mais ce que contient l'ambassade vaut au moins trois cents fois plus.
M. Dong et la petite bonne femme le regardent avec des yeux méprisants comme s'il était moins que rien en cet instant et il ne peut s'empêcher de courber la tête comme un individu qui aurait quelque chose à se reprocher.

- Monsieur, je suis d'accord. Puis-je toutefois vous régler en plusieurs fois durant le mois ?
- Vous pouvez...
M. Dong tourne les talons et le laisse seul avec la jeune femme. L'air surexcité, celle-ci se met alors à donner un grand coup de pied contre un vase Ming posé sur le sol.

«Saleté de merde impérialiste ! Dépêchez-vous de nous enlever tout cela ! », hurle-t-elle devant M. Saint-Germain qui blémit à l'idée que le vase aurait pu éclater en mille morceaux.

Page précédente
Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon