ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Filtres
Année

Catégorie


Recherche
Rechercher dans la page Archives des News :
Rechercher dans le site :

Citation
Picasso ne sut jamais bien garer sa voiture parce qu'on lui disait toujours: "Braque ! Mais Braque donc !"

Actuellement
Dernieres petites annonces
15/10: UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE
UN MOMENT DE DECOUVERTE ARTISTIQUE SUR ferse.hubside.frA très bientot sur le site!!! ...
24/07: RECHERCHE OEUVRES MAJEURES
We are a consulting firm of Art and Antiques, whose main activity is themanagement of p...
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

Archives des News

Catégorie :
9 titres
Victor Vasarely
01 Novembre 2003



fut un créateur prolifique qui sut savamment tirer parti de la production de multiples pour se faire connaître internationalement.

Né en 1908 à Pecs, en Hongrie, il fit d'abord des études de médecine à la Faculté de Budapest avant de fréquenter en 1927 l'Académie Podolini-Volkmann puis l'année suivante, l'Académie « Mühely » où il bénéficia de l'enseignement de Sandor Bortnyk lequel avait fait ses armes au Bauhaus allemand où il avait côtoyé Josef Albers et Moholy-Nagy.

Bortnyk privilégia les techniques de la publicité au sein de son académie, ce qui amena Vasarely à devenir publicitaire lorsqu'il vint à Paris où il travailla pour diverses agences comme Havas, Draeger ou Devambez pour laquelle il produisit notamment des publicités pharmaceutiques.

A partir de 1935, il s'intéressa aux déformations axonométriques dans des séries intitulées « Zèbres », « Tigres » ou « Echiquiers » en mettant l'accent sur des déviations de lignes ou les déformations de surfaces régulières créant ainsi l'illusion des formes ou de volumes.

Vasarely basa ses travaux sur ceux de Malévitch, Delaunay, Arp ou Mondrian tout en s'intéressant aux œuvres de maîtres anciens comme Cimabue, Paolo Uccello, Piero della Francesca ou Vermeer.

Après la Seconde Guerre Mondiale, il amplifia ses travaux dans le domaine de l'abstraction en insistant sur les effets optiques et montra ses œuvres, toutefois encore figuratives, en 1946 lors de sa première exposition personnelle.

Encore influencé par Mondrian, il limita la composition spatiale à la délimitation de zones articulées entre elles, les surfaces étant traitées en aplats de blancs différenciés et ce, jusqu'en 1955. A partir de cette année-là, il évolua vers une géométrisation croissante des formes en appliquant des couleurs scientifiquement contrôlables. De 1948 à 1961, il produisit la série dite « Denfert » du nom de la station de métro Denfert-Rochereau où les carreaux de faïence fêlés lui procurèrent des associations d'images obsessionnelles.

Il s'employa surtout à partir de 1955 à élaborer un vocabulaire et une syntaxe de signes et de couleurs à partir de figures géométriques élémentaires et d'une vingtaine de couleurs pures déclinées du plus clair au plus sombre, comme le souligna Jacques Busse.

Le génie de Vasarely fut d'exploiter son œuvre à profusion avec l'aide de nombreux collaborateurs travaillant d'après ses programmations et ce, avant Andy Warhol qui suivit donc son exemple. Il atteignit ainsi un vaste public par le biais d'une production phénoménale d'affiches dites psychédéliques à la fin des années 1960 et pratiquement tout étudiant de l'époque se fit un un plaisir d'orner sa chambre d'au moins un de ces posters.

En 1964, Vasarely reçut le Prix International Guggenheim puis en 1965 le Grand Prix de la Gravure de Ljubljana et le Grand Prix de la Biennale de Sao Paulo.

Son œuvre fut alors exploitée par ordinateur permettant encore une plus large diffusion mais il se confina au même type d'expression visuelle à travers les illusions optiques qui devinrent à la longue une sorte de gadget de supermarché. Sa réputation lui permit toutefois de réaliser des décorations architecturales pour de nombreux édifices, notamment l'université de Caracas, le grand hall de la gare Montparnasse, la Faculté de lettres de Montpellier, le Musée de Jérusalem ou la patinoire de Grenoble.

Il créa en 1970, une Fondation Vasarely, à Gordes dans le Vaucluse, pour promouvoir et conserver l'ensemble de son œuvre laquelle quelques années plus tard fut au centre d'un scandale concernant sa gestion.

Pape de l'art optique initié par Moholy-Nagy et Albers et continuateur de l'enseignement du Bahaus, Vasarely a toutefois tenu dans l'histoire de l'art contemporain une place quelque peu usurpée en regard du fait qu'il ne fut qu'un «designer» travaillant sur le mode industriel à travers une création programmée.

Comme l'a dit justement Jacques Busse, son art plutôt dogmatique avait quelque chose de déshumanisé. Le propos exagéré de Vasarely fut ainsi de tenter de faire croire que son art était le seul valable alors que quelque part il se montrait en fait limitatif. Son discours fonctionna toutefois à merveille à l'époque des Beatles, des Rolling Stones et de Woodstock alors qu'il semble bien moins percutant aujourd'hui, les illusions d'optique, si à la mode lorsque le LSD faisait parler de lui, étant devenues plutôt banales, sinon lassantes, pour le public des années 2000 confronté à des questionnements plus angoissants.

On retiendra qu'il permit à l'art de toucher de nombreuses couches de la société par la diffusion de ses affiches à la mode au début des années 1970 et qu'il exerça une influence certaine sur les artistes appartenant à la mouvance du Pop Art mais en fin de compte, l'artiste resta surtout le concepteur publicitaire qu'il fut à ses débuts doublé néanmoins d'un sens génial du marketing.

Adrian Darmon

Page précédente
Retour Retour
Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon