ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page News :
Rechercher dans le site :

Citation
L'ennui est souvent cocu puisqu'on tend à le tromper…

Actuellement
Dernieres petites annonces
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
01/01: APPEL PRESSANT A DE TRES MAUVAIS PAYEURS
Demeurant dans le secteur de Charleville, M. P. C., chauffeur de taxi, et Mme M. R., ...
06/03: Patrice MURCIANO Pop Art
Collectionneur privé sur le second marché de l'art, se sépare d'une de ses deux toile...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

News

L'intégralité des nouvelles 2008, 2009, 2010 , 2011 et 2012

Par ailleurs, ArtCult met à votre disposition l'intégralité des news depuis sa création dans la rubrique archive.magazine

Partenaire de: envoyersms.biz






                                       Contactartcult@wanadoo.fr

Page précédente 6/1892
Retour
UN NOUVEAU TABLEAU DE VAN GOGH AJOUTE A SON CORPUS
07 Février 2019
Catégorie : News

Le musée Van Gogh d'Amsterdam a annoncé le 6 février, avoir identifié un tableau d'un musée de San Francisco (Californie, Etats-Unis), comme étant l'une des œuvres du célèbre peintre néerlandais. La toile, intitulée Nature morte avec des fruits et des châtaignes, avait été offerte au musée de San Francisco en 1960 par des particuliers mais ne figurait cependant pas sur le catalogue des œuvres de l'artiste, plusieurs experts ayant longtemps douté de son authenticité.

 

Au cours de leurs recherches, les experts du musée Van Gogh ont eu la surprise de découvrir un autre tableau sous cette nature morte : le portrait d'une femme, ce qui n'a pas été un cas unique puisque Van Gogh réutilisait souvent ses toiles en raison d'un manque d'argent.

 

Selon le journal néerlandais De VolkskrantNature morte avec des fruits et des châtaignes aurait été peinte à Paris à l'automne 1886. Le tableau aurait appartenu à la mère du peintre français Emile Bernard, ami de Vincent Van Gogh. Chaque année, il est demandé au musée Van Gogh d'examiner environ 200 œuvres afin de déterminer si elles ont été réalisées par l'artiste néerlandais et total, 14 peintures ont été ajoutées au catalogue raisonné depuis 1988.


BENOÎT LANDAIS LE VERITABLE DECOUVREUR DE CETTE NATURE MORTE


Aucun journal n'a dit que le véritable découvreur de cette oeuvre a été le chercheur Benoît Landais qui n'a pas été en odeur de sainteté par le Musée Van Gogh. Il conviendrait donc de lui rendre grâce d'avoir levé le lièvre en premier alors que Thomas Campbell, le directeur du Fine Arts Museum de San Francisco, a expliqué comment la Nature morte avec des fruits et des châtaignes a finalement été certifiée comme un Van Gogh après des analyses réalisées par le musée d'Amsterdam qui ont duré deux ans.

Selon ce dernier, son sujet était quelque peu inhabituel en raison de ses couleurs vives, de sa petite taille et de son omission par rapport à l'ensemble des œuvres de Van Gogh qui ont provoqué une certaine prudence. En outre, peinture ne faisait plus partie de ses catalogues depuis près d'un siècle après avoir figuré pour la dernière fois dans le catalogue de l'exposition de 1912 à Sonderbund en Allemagne.

Les conservateurs du musée américain s'étaient intéressés pendant une dizaine d'années avant qu'elle ne soit présentée dans l'exposition Sonderbund 2012 à Cologne. Au début des années 2000, un lien avait été établi entre la toile de San Francisco et une peinture, figurant dans une liste ancienne des œuvres de Van Gogh établie par le beau-frère de Théo, Andries Bonger. Ce fut alors que le musée Van Gogh proposa d'entreprendre une étude technique plus complète à l'aide de méthodes de pointe, telles que les rayons X, la technologie infrarouge et l'analyse du tissu de la toile.

La taille, le type de toile, les couleurs, le motif et le style correspondaient en fait à un groupe de peintures que Van Gogh avait réalisé en automne 1886, au moment où il résidait à Paris pour perfectionner sa technique.

Au bout de deux ans d'examens technique, le Musée Van Gogh a confirmé que cette toile avait été bien peinte par l'artiste en ayant pu en outre retracer la provenance de l'œuvre pour remonter à Johanna Van Gogh, la veuve de son frère Théo, dont la famille avait probablement confié le tableau à Emile Bernard qui possédait d'ailleurs plusieurs natures mortes de l'artiste alors que les résultats ont montré qu'un portrait de femme se cachait sous la nature morte, un fait assez courant pour Van Gogh et de nombreux autres artistes qui réutilisaient des toiles pour peindre de nouvelles scènes par-dessus d'autres, souvent inachevées, probablement pour économiser de l'argent sur le support de toile.

Pendant son séjour à Paris, Van Gogh avait dès l'été 1885 manifesté l'intention de poursuivre ses expériences sur la couleur et le travail au pinceau en se retrouvant obligé de choisir un sujet différent, en raison de la saison pour appliquer les couches de peinture en s'inspirant de la technique de Peter Paul Rubens tout en expérimentant un style plus impressionniste, découvert auprès de ses confrères parisiens.

 

Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon