ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page News :
Rechercher dans le site :

Citation
L'amateur d'art n'a en fait rien d'un amateur (AD)

Actuellement
Dernieres petites annonces
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
01/01: APPEL PRESSANT A DE TRES MAUVAIS PAYEURS
Demeurant dans le secteur de Charleville, M. P. C., chauffeur de taxi, et Mme M. R., ...
06/03: Patrice MURCIANO Pop Art
Collectionneur privé sur le second marché de l'art, se sépare d'une de ses deux toile...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

News

L'intégralité des nouvelles 2008, 2009, 2010 , 2011 et 2012

Par ailleurs, ArtCult met à votre disposition l'intégralité des news depuis sa création dans la rubrique archive.magazine

Partenaire de: envoyersms.biz






                                       Contactartcult@wanadoo.fr

Page précédente 9/1872
Retour
LES SEULS BRONZES CONNUS DE MICHEL-ANGE SONT A CAMBRIDGE
29 Novembre 2018
Catégorie : News

C'est fait. Après un siècle d'incertitude et quatre années de recherches, des chercheurs britanniques ont déterminé que les sculptures en bronze hautes d'un mètre d'un couple d'hommes chevauchant des panthères du musée Fitzwilliam de Cambridge avaient été réalisées par Michel-Ange.

Ce serait donc les seuls bronzes connus conçus par le génie de la Renaissance qui auraient été exécutés entre 1505 et 1507, selon Victoria Avery, la conservatrice en arts appliqués du musée de Fitzwilliam et professeur à l'université de Cambridge.



 

Les recherches sur ces sculptures représentant un jeune homme et un homme plus âgé, nus, ont débuté après qu'un professeur de l'université de Cambridge a découvert en 2014 la copie d'un dessin très proche d'une des statues réalisé par un élève du maître.

 

Des analyses techniques des matériaux des sculptures entreprises au Rijksmuseum d'Amsterdam ont confirmé la datation alors qu'un spécialiste des techniques anciennes, a indiqué que les œuvres correspondaient aux méthodes de cette époque.

 

L'analyse des es caractéristiques physiques des deux personnages a révélé que les  les poils pubiens des personnages, plutôt frisés, rebelles, normaux et allant vers le nombril , étaient semblables à ceux du  David de Michel-Ange alors que ce qui n'était pas le cas de la plupart des statues du début du 16e siècle.

 

Par ailleurs, le style de l'artiste a été reconnu dans le traitement des orteils, le gros étant plus court et le deuxième, poussé vers l'extérieur par le pouce, plus long avec un espace entre ces doigts de pied alors que les abdominaux étaient visibles en huit parties et non six, un anachronisme que Michel-Ange se plaisait à faire. De plus, les détails des corps ont suggéré des connaissances anatomiques précises avec notamment la représentation du sartorius, un mini-muscle de la cuisse à peine perceptible tandis que l'espace sans os ni muscle du dos était remarquablement représenté, sachant que l'artiste avait disséqué des cadavres dans sa jeunesse avec la permission du prieur du couvent San Spirito de Florence.

 

On connaissait Michel-Ange comme poète, architecte, ingénieur, peintre et sculpteur de marbre mais nullement comme un adepte du bronze capable de maîtriser le modelage en cire, la fonte et la ciselure. Néanmoins, on savait d'après des sources anciennes qu'il avait créé des œuvres en bronze en pensant qu'elles avaient toutes disparu. A cet égard, il avait écrit des lettres à sa famille entre 1505 et 1508 disant qu'il voulait devenir un maître du bronze, ce qu'il parvint apparemment à faire.

 

Pourtant, ces deux sculptures lui avaient été attribuées en 1878 au moment où elles avaient intégré les collections des Rothschild mais cet avis avait été depuis contesté du fait de l'absence de preuves certaines. En attendant, ces œuvres redécouvertes pourraient valoir entre 150 et 250 millions d'euros du fait de leur paternité résolue et de leur rareté.

Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon