ArtCult : Les actualités du marché de l'art .
Rechercher dans le site :
  Accueil
  Actualités
  Dossiers
  Marché de l'art
  Outils d'experts
  Communication
Recherche
Rechercher dans la page News :
Rechercher dans le site :

Citation
Parler d'art aujourd'hui équivaut souvent à parler dollars...

Actuellement
Dernieres petites annonces
08/04: RECHERCHE OEUVRES D'ARTISTES ROUMAINS
Collectionneur recherche oeuvres importantes d'artistes roumains: Pascin, Janco, Maxy...
01/01: APPEL PRESSANT A DE TRES MAUVAIS PAYEURS
Demeurant dans le secteur de Charleville, M. P. C., chauffeur de taxi, et Mme M. R., ...
06/03: Patrice MURCIANO Pop Art
Collectionneur privé sur le second marché de l'art, se sépare d'une de ses deux toile...
> Passer une annonce
Estimation d'oeuvre d'art
Envoyez nous une photographie accompagnée d'une description afin de bénéficer de notre expertise.
Soumettre une estimation

Lettre d'information
Entrez votre email pour souscrire à notre lettre d'information :

News

L'intégralité des nouvelles 2008, 2009, 2010 , 2011 et 2012

Par ailleurs, ArtCult met à votre disposition l'intégralité des news depuis sa création dans la rubrique archive.magazine

Partenaire de: envoyersms.biz






                                       Contactartcult@wanadoo.fr

Page précédente 3/1821
Retour
UN TABLEAU DES FRERES LE NAIN ATTEINT 3,6 MILLIONS D'EUROS
11 Juin 2018
Catégorie : Marché

Découvert chez une septuagénaire en Vendée en octobre 2017, un tableau des Frères Le Nain représentant un enfant Jésus blond méditant devant une croix a été vendu le 10 juin 2018 pour le prix record de 3,6 millions d'euros, frais inclus, lors d'une vente aux enchères près de Tours.

Peinte entre 1642 et 1648, l'œuvre a été acquise par un collectionneur français amateur de peinture du XVIIe siècle, a expliqué le commissaire priseur Philippe Rouillac, à l'issue de cette vente organisée  au château d'Artigny. Le record précédent pour une vente aux enchères d'un tableau des frères Le Nain était de 800.000 euros chez Christie's à New York.

La toile, une huile de 72 cm sur 54 cm, représente Jésus, à l'âge de 6 à 8 ans, à genoux, les bras croisés sur le cœur. L'enfant blond a les yeux bleus, la peau claire, les traits fins, les joues roses, les lèvres colorées. En octobre 2017, Philippe Rouillac et son fils Aymeric avaient été contactés par une septuagénaire de Vendée qui leur avait déclaré qu'elle vendait des vieilleries sur Internet mais qu'elle avait un doute sur un tableau offert par sa grand-mère dans les années 1950.

Faisant partie de la collection du capitaine Henri Loret (1862-1950), fils de marchands de nouveautés, la toile avait été conservée dans sa maison de Nantes, avant d'être transmise dans les années 1950 à une de ses petites-filles. Le 17 avril dernier, la ministre de la Culture Françoise Nyssen avait refusé, par arrêté, la sortie de l'œuvre du territoire français, estimant qu'elle présentait un intérêt majeur pour le patrimoine national du point de vue de l'histoire et de l'art et revêtait ainsi le caractère de trésor national.

Au cours de la même vente, une gourde en porcelaine émaillée vert céladon avec des motifs de fleurs bleu et blanc d'une cinquantaine de cm de hauteur ayant appartenu à l'empereur chinois du XVIIIe siècle Qianlong, a été adjugée pour 5,089 millions d'euros (frais compris) à un acheteur français .Mise à prix à 500 000 euros, la gourde, qui porte la marque carrée de l'empereur Qianlong (1736-1795), quatrième empereur de la dynastie mandchoue des Qing, avait été découverte par hasard dans un château du Val de Loire.Selon la spécialiste des arts d'Extrême-Orient Alice Jossaume, c'est en effet l'une des deux gourdes de l'empereur Qianlong existantes dans le monde.L'autre gourde avait été vendue pour 1,8 million d'euros chez Sotheby's à Hong Kong en avril 2016. Celle vendue au château d'Artigny ira dans l'appartement parisien d'un collectionneur , a indiqué Me Rouillac, précisant qu'elle pourrait peut-être être prêtée au musée Guimet, le musée national des arts asiatiques, dans le XVIe arrondissement de Paris.

Selon le commissaire-priseur, la gourde a vraisemblablement été ramenée par  un descendant de la famille qui était officier d'état-major de la Marine royale en mission en mer de Chine dans les années 1842-1847.

Mentions légales Conditions d'utilisation Rédaction Annonceurs Plan du site
Login : Mot de passe ArtCult - Réalisé par Adrian Darmon